Index du Forum


Résilience : Capacité d'une famille, d'un groupe ou d'une structure à s'adapter et rebondir suite à un choc violent.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Démocratie] Financement des syndicats

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Politique et militantisme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 07/12/2011, 06:47    Sujet du message: [Démocratie] Financement des syndicats Répondre en citant

Avec le scandale révélé sur les comptes du CE de la RATP, un froissement de rideau s'ouvre sur le financement occulte des syndicats français. Mais c'est je jeu "tu me tiens par la barbichette...", car cela renvoie aussi au système de financement occulte des partis politiques.

Citation:
Financement des syndicats: «Un deal non écrit pour acheter la paix sociale»

INTERVIEW - Pour Jean-Luc Touly, co-auteur de «L'argent noir des syndicats», les centrales syndicales profitent des largesses des CE...
Le scandale de la gestion du comité d’entreprise (CE) de la RATP remet en lumière la question du financement des syndicats, dont les élus dirigent en partie les comités d’entreprise. Jean-Luc Touly, co-auteur de L’argent noir des syndicats, revient sur ces zones d’ombres alors qu’un rapport parlementaire sur le sujet vient d’être enterré par l’Assemblée nationale.

Comment sont financés les syndicats en France ?
En grande majorité, leurs recettes ne proviennent pas des cotisations de leurs adhérents. Entre 70 et 80% de leurs fonds proviennent des grandes entreprises et de l’Etat, pour la majorité des syndicats. Cette proportion monte même à 97% dans certains cas, si l’on en croit le dernier rapport du député Nicolas Perruchot. Le financement venu des entreprises passe soit par les CE, soit par les organismes paritaires.

Combien d’argent touchent les syndicats ?
La somme globale tourne entre 3 et 4 milliards d’euros. Les budgets annuels des plus grandes centrales varient entre 100 et 500 millions d’euros. Mais le problème, ce n’est pas forcément l’origine de l’argent. C’est que tout cela soit caché. Les partis politiques et les grandes centrales syndicales refusent de témoigner. Ce rapport parlementaire qui n’est pas voté, qui n’aboutit à rien, c’est tout de même invraisemblable.

Pourquoi ce rapport a-t-il été enterré ?
On dit que c’est trop sensible, que ce n’est pas le moment, qu’il est «urgent d’attendre». Avant la présidentielle, on se dit qu’étaler ces dérives pourrait profiter au FN. Mais il est encore pire de ne rien dire. Il y a un deal non écrit entre les partis politiques, les grands dirigeants des organisations patronales et les cadres des centrales syndicales pour acheter une partie de la paix sociale. Tout cela, il faut en parler. D’autant que cela se fait sur le dos des salariés.

Comment ?
Depuis la loi de 1945, les employeurs versent un montant de leur masse salariale au financement des comités d’entreprises. Cet argent-là devrait servir aux salariés, à leurs loisirs, etc. Mais il est dévoyé au financement des centrales. C’est un domaine dans lequel il nous faut beaucoup plus de transparence.
http://www.20minutes.fr/societe/837446-financement-syndicats-un-deal-non-ec…


Citation:
Gaspillage, vacances, fête annuelle: Quelles dérives sont reprochées au CE de la RATP?

FRAUDE - «20Minutes» fait le point secteur par secteur après le rapport de la Cour des comptes...
Dans un rapport publié ce mardi, la Cour des comptes pointe des dérives dans la gestion du CE de la RATP. Elles sont nombreuses, et concernent de multiples secteurs. Le point avec 20 Minutes.

La restauration collective
Le comité d’entreprise a choisi de gérer directement cette activité, sans recourir à des prestataires de service, sans proposer de tickets-restaurant, sans fixer des tarifs différents selon les revenus des agents, sans généraliser le paiement par carte bancaire. La Cour juge que le CE «a mis en place un système dans lequel les prix qu’il paye sont manifestement surévalués», et que des «défaillances dans le circuit de paiement des factures conduisent à des doubles paiements répétitifs».

La Cour relève par ailleurs un important gaspillage: 290.000 euros de denrées ont été détruites entre 2006 et 2009, alors qu’elles auraient pu être redistribuées. Enfin, des problèmes d’hygiène ont été signalés: Des cafards et des souris sont notamment apparus dans le restaurant du siège parisien en 2007.

Les centres de vacances
Le CE en possède une trentaine, et est copropriétaire de huit autres. Selon la Cour, les résultats de cette activité « ne sont pas à la hauteur des ambitions sociales affichées», c’est-à-dire «offrir un accès au plus grand nombre aux vacances» et «développer le tourisme social». Moins de 13% des salariés se tournent vers le CE pour leurs séjours, et la majorité d’entre aux font partie des agents les moins défavorisés. Une fois encore, il est aussi reproché au CE de payer bien trop cher des factures dans des opérations de rénovation immobilière. Pis, certains travaux ont été réalisés avec des malfaçons susceptibles de «mettre en danger la sécurité des personnes».

Les activités culturelles
La fête annuelle de l’entreprise, organisée par le CE depuis 2007 dans un château de l’Essonne, s’élève en moyenne à 447.000 euros. Cet argent est dépensé en ne suivant aucune procédure, par un agent détaché de la RATP qui choisit les fournisseurs, dont certains font payer leurs prestations très cher, sans fournir de justificatifs.

La gestion du personnel
Elle est «défaillante» selon la Cour, qui note une «dégradation du climat social». A tel point qu’un médecin du travail a jugé que le management au sein du CE «représentait un risque d’atteinte grave à la santé des salariés». Sur les 600 employés du CE, 92 sont partis entre 2004 et 2010: 37 ont été licenciés et 55 ont démissionné. Tout cela a un coût: 1,1 millions d’euros d’indemnité ont été versés aux partants, tandis que des postes stratégiques sont restés vacants.
http://www.20minutes.fr/societe/837420-gaspillage-vacances-fete-annuelle-de…

_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 07/12/2011, 06:47    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Politique et militantisme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation