Index du Forum


Résilience : Capacité d'une famille, d'un groupe ou d'une structure à s'adapter et rebondir suite à un choc violent.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[2012] Législatives...
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Politique et militantisme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 11/05/2012, 06:14    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Mélenchon face à Le Pen : qu’irait-il faire dans cette galère ?

Citation:
115 UMP et 10 Nouveau Centre semblent menacés aux prochaines législatives.
La bataille des législatives s'annonce difficile pour l'UMP dans 115 circonscriptions et pour le Nouveau Centre dans 10 autres, en métropole. Dans 56 départements (en particulier l'Aveyron, le Calvados, le Cher, le Doubs, la Drôme, le Finistère, la Gironde, l'Indre-et-Loire, le Jura, la Haute-Loire, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Nord, la Sarthe, l'Essonne et la Seine-Saint-Denis), les scores de François Hollande au second tour de la présidentielle frôlent ou dépassent allègrement les 50%.



http://elections.lefigaro.fr/presidentielle-2012/2012/05/08/01039-20120508A…

_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 11/05/2012, 06:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 11/05/2012, 18:27    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Citation:
Jean-François Copé dans le viseur de Marine Le Pen

Le maire de Meaux a du souci à se faire. Selon notre blogueur associé David Desgouilles, Jean-François Copé est dans une « situation extrêmement périlleuse ». A l'approche des élections législatives, il est devenu une cible stratégique pour la patronne du Front national, Marine Le Pen.

ean-François Copé a donc accepté que la campagne des élections législatives de l’UMP soit menée par un comité stratégique. A première vue, on pourrait penser que Fillon, Juppé, Raffarin et son ennemi intime Bertrand lui ont imposé cette collégialité. Si on y regarde de plus près, on s’aperçoit qu’il ne doit pas être mécontent de ne pas porter à lui seul ce lourd fardeau à Paris pendant les prochaines semaines. En effet, c’est à quelques dizaines de kilomètres que se joue sa carrière politique personnelle.

Une étude approfondie des résultats de la sixième circonscription – qui a été redécoupée en 2009, puisque le département compte aujourd’hui deux circonscriptions supplémentaires – de Seine-et-Marne, où Copé est candidat à sa propre succession, montre que sa situation est extrêmement périlleuse. Certes, Nicolas Sarkozy y a recueilli environ 52 % des voix au second tour dimanche. Mais ce chiffre constitue un trompe-l’oeil. D’abord, on sait que la participation sera moins importante aux élections législatives et que la démobilisation est toujours plus forte dans le camp défait à la présidentielle. Mais, surtout, un autre protagoniste risque fort de s’inviter à la table du second tour de la circonscription de Meaux. Il s’agit de Marie-Christine Arnautu. Cette dernière a déjà porté les couleurs du Front national en 1997 et 2007 face à Jean-François Copé et lui avait imposé une triangulaire la première fois, provoquant sa défaite. A l’époque, ils étaient tous les deux inconnus. Depuis, l’un est devenu secrétaire général de l’UMP, la seconde est vice-présidente du FN, et une fidèle parmi les fidèles de la patronne.

Le 22 avril dernier, Marine Le Pen a obtenu d’excellents résultats dans cette circonscription. Comme dans le reste de la France, c’est dans les campagnes qu’elle a recueilli ses meilleurs scores, davantage que dans la ville-centre, Meaux, dont Copé est le maire. Sur les cinquante-trois communes de la circonscription, elle passe la barre des 20% dans 50 d’entre elles [1]. Certes, on le sait, pour se maintenir au second tour, c’est le pourcentage des inscrits qui compte. Mais, là aussi, pas de quoi rassurer Copé. Marine Le Pen a obtenu plus de 17% des électeurs inscrits sur les listes électorales [2]. Une sacrée belle marge ! Arnautu, qui est bien implantée, peut donc nourrir de solides espoirs quant à sa présence au second tour le 17 juin prochain. La candidate EELV-PS, Caroline Pinet, pourra alors bénéficier du report des voix de gauche, et notamment du Front de gauche, alors que Copé n’aura plus guère de réserves. 2012 pourrait alors bien ressembler à son Waterloo de 1997.

Marine Le Pen a, dit-on, dressé une liste noire de candidats UMP à faire battre. On y trouverait notamment Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand, Rama Yade, François Fillon [3] mais surtout Jean-François Copé. Pourquoi lui ? D’une part, Marine Le Pen n’a pas avalé les efforts du secrétaire général de l’UMP afin qu’elle n’obtienne pas ses parrainages cet hiver. Louis Aliot confiait à Marianne2 le 10 février 2012 : « On s’en souviendra aux législatives. Je rappelle juste à Monsieur Copé qu’il a été battu en 1997 dans un triangulaire avec le FN… Je peux même vous dire qu’un certain nombre de députés UMP serrent les fesses en priant pour que Marine puisse être candidate. » D’autre part, une défaite de Copé aux législatives sonnerait le glas de ses espoirs pour garder l’UMP. Or, Le Pen y a tout intérêt. Pour l’instant, la Droite populaire reste fidèle à l’UMP car elle entretient de bonnes relations avec son chef, marqué à droite. Mais si Fillon en devenait le chef, Copé ainsi mis au rencard, Marine Le Pen pourrait dévorer un espace politique bien plus important.

Pour la patronne du rassemblement qui porte désormais son prénom, la défaite de Copé est donc stratégique. Les 9 et 17 juin, elle sera mobilisée par son combat personnel à Hénin-Beaumont tout en s’informant, sans aucun doute, de ce qui se trame du côté de Meaux…

[1] Meaux fait partie des trois communes où elle est en dessous, avec 17.72%.

[2] Nicolas Sarkozy et François Hollande sont dans un mouchoir, obtenant environ 20.7% des électeurs inscrits. Rappelons qu’il faut réunir 12.5% des inscrits au premier tour des législatives pour être présent au second tour.

[3] Mais les scores du FN à Paris ne l’autorise pas à peser assez pour faire trébucher le premier ministre, surtout à Saint-Germain-des-Prés.
http://www.marianne2.fr/Jean-Francois-Cope-dans-le-viseur-de-Marine-Le-Pen_…


On notera que Fillon, a en parallèle et non sans mal (avec Dati), pris une circonscription dite imperdable pour la droite, à Paris.
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 14/05/2012, 05:38    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Déclaration de Mélenchon à Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais pour sa candidature aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012 dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais : belle tirade anti croissance productiviste.

Mélenchon à TF1.
C Politique avec Mélenchon, une des meilleures émissions politiques du PAF. Wink

Peu de soutien PS pour Mélenchon à Hénin-Beaumont, hors Royal, toujours un peu hors système... Okay
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 15/05/2012, 11:42    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Mélenchon à France Inter : la seconde partie est bien plus intéressante, avec la comparaison du Fdg au Die Linke, puis sur la sortie de la Grèce de l'Euro. Okay

F. Hollande a remplacé N. Sarkozy ce matin à l'Elysée. La transition est finie... Okay
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 22/05/2012, 06:18    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

J.-.L Mélenchon - LCP "Questions d'info" 16.5.2012 : la stratégie du FdG vers 27 min et plus, après des questions incipides pendant 30 min...

J.-L. Mélenchon - Discours de Méricourt : c'est reparti pour les meetings dans la rue... Wink
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 22/05/2012, 19:09    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Un assez bon article sur le porte à porte de Daniel Schneidermann, qui va peut être enfin retrouver le PAF, après la défaite de la droite :
Citation:
Hénin-Beaumont et Mélenchon : à la recherche des « pourquoi pas ? »

Douce surprise du lundi soir ! Porte après porte, la cité Darcy, cité pourtant électoralement « volatile » de Hénin-Beaumont, ne semble pas radicalement hostile à Mélenchon. Pour quelques visages qui se ferment – « je ne l’aime pas, votre machin va partir direct à la poubelle » –, plusieurs portes s’ouvrent, devant la poignée de militants (Parti de gauche, socialistes dissidents, et « non cartés », pêle-mêle) qui tractent sous le crachin. Mystères du terrain.

Evaluer le succès d’un « porte à porte », c’est un art. Ceux qui s’affichent d’emblée « de l’autre bord » (« Moi j’ai choisi de travailler, madame. Alors quand je les vois tous, avec le RSA... »), ceux-là ne comptent pas. Les acquis d’avance, communistes depuis la mine, non plus. Reste la vraie cible : les autres. Tous les autres habitants de cette ancienne cité minière coquettement réhabilitée, ceux qui balancent d’une élection l’autre entre l’abstention, la gauche, et Le Pen (44% dans la cité à la présidentielle), en fonction de critères « qui échappent au rationnel », soupire un militant. Restent tous les « pourquoi pas ? »

« Bonsoir madame, monsieur, je viens vous parler du vote pour Jean-Luc Mélenchon.

– Ah. »

Silence.

– « Oui. »

Silence. La porte va-t-elle s’ouvrir, se fermer ? Et enfin :

« Pourquoi pas ? »


Marre d’entendre parler du « fief de Marine »

Il faut apprendre à soupeser un « pourquoi pas ? » Il faut le disséquer, l’interpréter, et à l’arrivée, oui, décider de s’en réjouir, en se persuadant qu’il fait écho au sondage du JDD de la veille qui, en donnant Mélenchon vainqueur, a regonflé toute la gauche de la onzième circonscription du Pas-de-Calais – et des circonscriptions voisines. Et ils en ont bien besoin.

Si les mélenchonniens s’organisent, si la candidate verte Marine Tondelier à infligé à Marine Le Pen un mémorable karaoké le week-end dernier, le sourire de Le Pen tient quasi-seul les murs de la ville. Guère d’autre affiche, pour l’instant, que celles de « Marine ». Un militant de gauche soupire :

« Mélenchon est arrivé samedi. En cinq heures, ils avaient réussi à distribuer un tract de réponse dans les 12 000 boîtes de la ville. Nous, on met 48 heures. »

Avant de savoir ce qu’ils voteront, les habitants en ont marre d’entendre parler de Hénin-Beaumont dans les médias. Une dame de la cité Darcy :

« Tenez, l’autre soir, j’écoutais Ruquier. Eh bien, il y avait un journaliste, là, enfin, un humoriste, qui disait “comme punition on vous enverra à Hénin-Beaumont”. »

« Ah oui, on en a marre de la stigmatisation de la ville. On en a marre d’entendre parler du “fief de Marine Le Pen”, de “ses terres de Henin-Beaumont”, toutes ces expressions ridicules », renchérissent les militants sur le pas des portes. Ce soir-là, ils drainent tout de même, outre l’envoyé spécial frigorifié d’@si, une équipe de « C dans l’air ». Et encore, ce sont les basses eaux. Madame de la cité Darcy, la semaine prochaine, quand Le Pen et Mélenchon seront rentrés de la session du Parlement européen de Strasbourg, attendez-vous à répondre à CNN et à la NHK. Mais c’est un des paradoxes de la situation.

Le PS résiste, en surface

Parmi les militants qui arpentent ce soir-là la cité Darcy, Claire Boutillier, 21 ans, étudiante, et militante PS. « Vous êtes au PS, et vous appelez à voter Mélenchon ? » s’enquiert une dame, qui a manifestement manqué quelques épisodes du feuilleton. Eh oui. Et elle n’est pas la seule. La mélenchonnie, à en croire la rumeur locale, aurait infiltré jusqu’à la mairie de Hénin-Beaumont, toujours néo-socialiste, après une décennie de psychodrames politico-judiciaires, qui défient toute rétrospective détaillée (les courageux peuvent se replonger dans notre émission « Ligne j@une », avec Marie-Noëlle Lienemann, dont certains Héninois se souviennent encore). Tel employé municipal, tel chef de service, sympathiseraient quasi-ouvertement.

Etrange situation. Car le PS résiste. Enfin, en surface. Si le parti a douloureusement investi aux législatives un professeur d’université, Philippe Kemel, c’est ensuite beaucoup moins simple. Prenez Jean-Pierre Corbisez, maire d’Oignies, et président de l’agglomération Hénin-Carvin, qui a déposé un recours contre l’élection de Kemel, après que Kemel ait déposé un recours contre l’élection de Corbisez. Il a acueilli Mélenchon la semaine dernière. « Très chaleureusement », a aussitôt « tweeté » l’ovni, enthousiaste. Jusqu’à se proposer, comme l’a écrit Libé, d’être le suppléant de Mélenchon, à la place du communiste Hervé Poly ?

« Philippe Kemel se présente en candidat anti-ovnis », La Voix du Nord, mai 2012 (Arrêt sur images)

Sujet désormais tabou. Corbisez, qui assiste ce lundi, quasi-mutique, à la conférence de presse de Kemel, n’en dira pas plus. Il consentirait à accorder une interview « sur le développement du territoire ». Mais « si ça dérape sur le politique », alors là non, il ne répondra pas. « Comment faire équipe avec des gens qui, il y a peu, vous traitaient de tricheur ? » demande Pascal Wallart, chef de l’agence de la Voix du Nord, imperturbablement sceptique devant cette belle scène d’enterrement de hache de guerre sur laquelle le journal titrera le lendemain.

Et Kemel, magnifique :

« Monsieur, j’ai une philosophie : je ne vis pas avec le péché originel. »

« J’ai... j’avais confiance dans mon parti »

Parmi les socialistes gagnés par la mélenchonnie, Pierre Ferrari, grand jeune homme droit et mince, trente ans, dont dix ans de ferraillages désespérés, et désespérants, contre la fédération PS du Pas-de-Calais, dix ans « pris dans l’étau entre le FN et la fédé ». Dix ans à tenter de rester droit dans cet univers opaque comme une urne de congrès, dans ces habitudes molletistes de la toute-puissance et de l’impunité, qui ont corrompu les hommes les uns après les autres. Dix ans à tenter un impossible dehors-dedans.

Un dossier de presse gros comme ça, et plus impressionnant encore, le dossier de ses courriers aux instances régionales et nationales du parti. Pourquoi y être resté si longtemps, malgré les urnes opaques, les votes des morts, la placardisation des fortes têtes, et même, à l’occasion une menace – verbale – de mort ?

« Parce que je suis socialiste. J’ai... j’avais confiance en mon parti. »

Mais tout de même, cette impuissance du national, à mettre de l’ordre dans la fédération ?

« Pour l’instant, monsieur. Et je crois qu’un jour, ça se fera. Kucheida doit être entendu prochainement par la justice. Il y a peu, ç’aurait été impensable. »

Ferrari, à qui sont manifestement promises les plus hautes destinées heninoises, s’il parvient simplement à survivre, a voté à Reims pour la motion Hamon, admire Montebourg, et, donc, milite ouvertement pour Mélenchon. Aubry ?

« Une femme honnête. Mais elle a eu besoin du soutien de la fédération du Pas-de-Calais au congrès de Reims. »

En attendant que soit reconstituée un jour la section PS de Hénin-Beaumont, pour l’heure dissoute par la fédération, Pierre Ferrari tient permanence, tous les vendredis de 18 à 20 heures, dans le petit siège de son association Un nouvel élan pour Hénin-Beaumont. Problèmes d’emploi, de logement : l’ordinaire. Il n’est d’ailleurs pas le seul. Tous les élus, et même ceux qui ne le sont pas, tiennent permanence.

Dures (et longues) fins de mois

Le FN aussi tient permanence « et ils ont des réseaux patronaux, eux, capables de faire embaucher des gens pour des petits contrats », dit Ferrari. Des réseaux patronaux ? Le FN ferait donc du clientélisme, comme le PS ? Ferrari ne cite aucun nom. Lui, à sa place, fait ce qu’il peut. Pas seulement à la permanence du vendredi, d’ailleurs. Sur le parking de l’église, il est soudain interpellé. « Donne-moi deux euros, pour m’acheter un sandwich américain. » Ferrari donne. Sermonne : « J’espère que c’est vraiment pour un américain. » Le solliciteur, autoritaire :

« Et encore quarante centimes pour la sauce.

– Ah non t’exagères. »

Une seconde d’hésitation, où l’on sent affleurer comme une interrogation sur les limites du rôle de l’élu. Ferrari fouille pourtant son porte-monnaie, trouve encore quelques pièces jaunes. Explique, entre deux saluts amicaux à des passants :

« Ce monsieur est sous tutelle. Il vit avec quelques centaines d’euros par mois. Les fins de mois sont dures. »

Et longues : on est le 21 mai, à Hénin-Beaumont.
http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/05/22/henin-beaumont-et-melenchon…

_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 24/05/2012, 17:54    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Citation:
Législatives : l’OPA du Front national sur l’UMP a commencé

Rédigé par Coralie Delaume le Mercredi 23 Mai 2012 à 21:36

Les digues sont-elles en train de lâcher entre l’UMP et le Front national ? C’est l’hypothèse que formule Gaël Brustier dans Le Monde du 17 mai. L’essayiste y affirme en effet : « en quelques semaines, la droite et l'extrême droite françaises ont donc accéléré leur mutation, retardée pendant des décennies par Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen. Leur fond culturel s'est unifié et leurs électorats ont poursuivi leur long processus de fusion ».

En termes de « fond culturel », le rapprochement s’est accéléré pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy ayant délibérément congédié la « tactique Guaino » qui l’avait porté au pouvoir en 2007, pour la remplacer par ce que l’on a appelé la « stratégie Buisson ».

C’est sous la houlette de Patrick Buisson, proche conseiller et ancien rédacteur en chef du journal Minute, que le président sortant a opéré un virage droitier spectaculaire, notamment durant cet entre-deux tour où les 6,4 millions de voix récoltées le 22 avril par de Marine Le Pen sont devenues un enjeu central. Il n’est qu’à revoir le clip de campagne de second tour du président sortant pour s’en convaincre: éloge appuyé des frontières, protection de « notre civilisation et de notre mode de vie » et promesse de diviser par deux les flux migratoires, venaient s’ajouter à la célébration des « racines chrétiennes de la France », présente à chaque meeting.

En choisissant d’épouser la doxa lepéniste pour en conquérir l’électorat, Nicolas Sarkozy n’a eu de cesse de légitimer le discours de Marine Le Pen. Par ailleurs, en faisant ce choix, il a participé activement à l’implosion prévisible de sa propre famille politique. Car le malaise et la désapprobation n’ont pas tardé à se faire sentir parmi les tenants d’une droite républicaine. Dès le lendemain de la défaite, la sénatrice Chantal Jouanno déplorait sur ici même :« nous avons perdu en validant les mots du FN ».

Si l’on considère les électorats UMP et FN, les premiers sondages témoignent d’un rapprochement tangible. Selon une enquête Viavoice en date du 8 mai, 46% des sympathisants UMP et 80% de ceux du Front national seraient favorables à des accords électoraux entre les deux formations. Mais un sondage antérieur (6 mai) réalisé par L’Ifop estimait quant à lui à 54% le nombre de sympathisants UMP désireux d’accord électoraux pour les élections locales (minicipales, cantonales, régionales). Ceci fait dire à Gaël Brustier que « les digues s'affaisseront vraisemblablement en juin, mais devraient surtout s'effondrer au cours des élections locales de 2014 et 2015 ».

En réalité, dès début de la campagne législative, les lignes bougent déjà. Le Front national n’a pas choisi pour rien de mener la campagne sous cette appellation de « Rassemblement bleu Marine », qui fait grincer des dents les militants historiques. On savait que ce rassemblement avait pour but d’accueillir quelques « prises de guerre », comme l’avocat Gilbert Collard, ainsi que des « souverainistes » ne souhaitant pas se présenter sous l’étiquette FN. Il s’agissait en particulier, pour le Marine Le Pen, d’adouber les 34 candidats du SIEL (souveraineté, indépendance, et libertés), la petite formation de Paul-Marie Coûteaux. Mais dès le lancement de l’attelage « bleu Marine » en mars, la patronne du FN voyait plus loin. Sous cette bannière se présenteraient « des candidats du FN, des candidats du Siel mais aussi des candidats individuels qui nous ont rejoint, de partout, de la droite et de la gauche », affirmait-elle.

Nous sommes encore loin de voir affluer des ralliés « de partout ». Pourtant, c’est bien sur cela que compte Marine Le Pen. En excluant « tout accord entre partis » avec l’UMP mais en se déclarant ouverte à des discussion « au cas par cas », elle ouvre grand les portes de son rassemblement aux déçus de tout poil de la majorité sortante. Simultanément, en annonçant d’ores et déjà de nombreuses triangulaires, celle qui pourrait maintenir une centaine de candidats au second tour sème habillement la panique chez certains députés de droite craignant pour leur mandat.

Parmi les députés UMP susceptibles de franchir le Rubicon, on a beaucoup parlé des « grognards » de la Doite Populaire. Il est vrai qu’il existe, entre ce groupe et le Front national, un certain nombre de convergences, que ce soit dans les domaines de l’immigration, de la sécurité, ou de ce qu’il est convenu d’appeler « l’identité nationale ». Le texte paru sur le site de la « Droite Pop' » le 13 mai et intitulé « Quatre priorités pour éviter le chaos migratoire » est limpide quant à la politique d'immigration que ces élus appellent de leurs vœux. Restreindre l’accès des étrangers aux logements sociaux, « réduire les allocations familiales versées aux familles immigrées » ou « restreindre le droit du sol », voilà qui rejoint très largement la « priorité nationale » et le retour au droit du sang défendus par Marine Le Pen.

Dans le même temps, Thierry Mariani et ses amis demeurent éloignés, sur certaines thématiques, de ce que Sylvain Crépon appelle le « Nouveau Front national ». Si Jean-Marie Le Pen fut qualifié en son temps de « Reagan Français », sa fille, elle, s’affirme antilibérale, eurosceptique et attachée l’intervention de l’Etat. A l’inverse, en termes d’orientations économiques, la Droite Pop’ veut « corriger le trop plein de l’Etat providence et ses effets néfaste », plaide pour une suppression du CDD mais en « rendant le CDI plus flexible » et prône une « Europe forte »[1] . Libérale, elle se montre ainsi plus proche du FN façon « Jean-Marie » que de la version « Marine ».

Surtout, on peut douter que le collectif dans son ensemble ait le désir immédiat de quitter l’UMP pour intégrer un Front national qui aurait tôt fait de l’engloutir. Jean-François Copé vient récemment d’accepter qu’à l’issue des législatives, les diverses composantes de l’UMP puissent se constituer en "courants". En termes d’indépendance, de visibilité, de marge de manœuvre, c’est sans doute la meilleure solution pour un collectif déjà clairement identifié dans l’opinion, disposant de membres médiatiques, bientôt d’un logo, et auprès desquels une « quinzaine d’universitaires » travailleraient actuellement pour étayer leur « corpus idéologique ».

Car Copé, pour éviter l’atomisation de l’UMP, transigera probablement sur une relative prise d’autonomie de la bruyante Droite Populaire. Sauf si, comme David Desgouilles en émet l’hypothèse, il venait lui-même à perdre le parti à la faveur d’une défaite aux législatives. Rappelant que Jean-François Copé avait été battu en 1997 suite à une triangulaire avec le FN et anticipant un scénario du même acabit en 2012, Desgouilles met en garde : « pour l’instant, la Droite Populaire reste fidèle à l’UMP car elle entretient de bonnes relations avec son chef, marqué à droite. Mais si Fillon en devenait le chef, Copé ainsi mis au rencard, Marine Le Pen pourrait dévorer un espace politique bien plus important ».

Bien plus que sur une bascule en rang serré de la Droite Pop’ vers le FN, c’est donc sur des ralliements individuels de ses membres que le Front national sait pouvoir compter. Même s’il affirme d’un côté que « l'UMP a intérêt à rester unie pour ne pas faire le jeu de Marine Le Pen », Thierry Mariani en convient lui-même : « une minorité d’élus de la Droite Populaire serait favorable à un rapprochement avec le FN ».

Sans doute songe-t-il alors à quelques figures des Bouches-du-Rhône. Car bien qu’elle ne soit arrivée ici qu’en troisième position, Marine Le Pen était tout de même en tête, au soir du 22 avril, dans trois circonscriptions du département. Sur l’ensemble des seize circonscriptions qu’il compte, elle obtenait 23,38% des suffrages, un score bien au dessus de son résultat national (17,9%).

Dès lors, anticipant de dangereuses triangulaires, les députés sortant de la Droite Populaire ne sont pas avares de clins d’oeils appuyés. Dominique Tian, par exemple, souhaite ne pas « être la droite la plus bête du monde en bunkérisant le FN ». Pour Valérie Boyer, « il n’y a aucune raison de se boucher le nez ». Quant à la maire d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains, elle affirmait récemment : « les valeurs qu'a Marine Le Pen, je les ai toujours défendues ». De ces œillades, le FN local a fort bien compris ce qu’il pouvait tirer. En témoigne ce mot du conseiller régional FN Bernard Marandat, rapporté par La Provence (12 mai): « des discussions existent avec l’UMP à Aix (…) il y a une grosse différence entre les élus UMP parisiens et ceux qui, ici, s'aperçoivent que nous avons beaucoup de valeurs communes (…) nous sommes prêts à les arranger aux législatives, mais pas gratuitement ».

De tels rapprochements, il n’y en aura pas forcément qu’en région PACA, et pas forcément qu’au sein de la Droite Populaire. Dans l’Ain, Olivier Eyraud, conseiller général UMP désormais exclu, vient en effet d’être investi dans la deuxième circonscription sous l’étiquette « Rassemblement bleu Marine ». Dans la Somme, c’est la figure de proue de Chasse, pêche, nature et tradition (CPNT, allié à l’UMP dès avant le premier tour de la prédidentielle), Nathalie Huart, qui vient de rallier le FN. Des cas isolés dira-t-on. Pour l’instant. Jusqu’à ce que d’autres, des élus de terrain poussés dans les cordes par la radicalisation de leur propre électorat et décomplexés par la légitimation des thèses lepénistes par le candidat Sarkozy lui-même, ne fassent à leur tour le choix du FN.

C’est, après tout, ce que Marine Le Pen a voulu, ce sur quoi elle a parié. En continuant pour la forme à prôner le « ni droite ni gauche », tout en s’ancrant, de fait, résolument à droite. En appelant au vote blanc au second tour de la présidentielle, tout en prenant Nicolas Sarkozy comme cible principale et en ménageant soigneusement François Hollande, comme dans son traditionnel discours du 1er mai. En créant un « Rassemblement », enfin, pour rassurer les transfuges, et leur permettre de la rejoindre sans craindre l’opprobre d’une candidature sous l’étiquette « Front national ».

Défaite le 6 mai, l’UMP entame un processus de décomposition qui pourrait aller plus vite que prévu, surtout si elle perd les législatives. Surtout si le détricotage de la zone euro, déjà entamé en Grèce mais dont on ne sait en aucune façon où il s’arrêtera, venait à donner un surcroît de crédit aux thèses eurosceptiques du « nouveau » Front national.

Reste à la gauche, en face, à tenir le cap de la réorientation européenne promise par le nouveau président de la République d’une part, et à ne pas s’embourber, d’autre part, dans sa propre tentation identitaire et sociétaliste qui donnerait du crédit aux thèses identitaire de droite aussi sûrement que le négatif révèle la photographie. Double défi, vaste programme.
http://www.marianne2.fr/l-arene-nue/Legislatives-l-OPA-du-Front-national-su…


J.-L. Mélenchon - F2 "Les 4 vérités" 21.05.

Mardi 22 mai 2012, discours de Jean-Luc Mélenchon, meeting Front de Gauche à Strasbourg, en soutien aux candidats du FdG aux législatives...
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 30/05/2012, 06:22    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Malgré les manoeuvres d'Aubry pour emmerder Hollande et le FdG :

Citation:
Le PS, artisan malgré lui de l'unité du Front de Gauche

Au sein de la "gauche de la gauche", les communistes et le Parti de Gauche, en proie à certains désaccords, se serrent les coudes pour "éviter le piège" tendu par le PS.

Au Front de Gauche, tout va bien dans le meilleur des mondes. C'est en substance le message adressé par ses membres, après quelques turbulences ces dernières semaines.

Le Parti de Gauche, mené par Jean-Luc Mélenchon, n'avait par exemple que moyennement apprécié de ne pas avoir été consulté lors d'une réunion entre le PS, les Verts et le PC à propos des législatives. Un épisode malheureux et déjà oublié. Martine Billard, coprésidente du PG, parle d'un "couac de campagne", Patrice Bessac, porte-parole du PCF d'une "erreur". Faute avouée...

A présent, le principal point de désaccord porte sur une éventuelle participation au prochain gouvernement. Durant la campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon avait pourtant été très clair: "L'honnêteté commande d'être fidèle à soi-même, [...] Je ne vois pas comment nous irions dans un gouvernement dans lequel François Hollande a dit: "mon programme, c'est à prendre ou à laisser. Dans ces conditions, on laisse".

Au PCF, on laisse pourtant la porte entrouverte, et on laisse aux militants le soin de trancher cette question. Un vote devrait avoir lieu "après les législatives", indique Pierre Laurent, le secrétaire national du parti.

"Le PS a tout intérêt à ce que le Front de Gauche se divise"

Mais des deux côtés, on tient à désamorcer immédiatement la polémique. "Nous avons toujours dit que la décision serait prise démocratiquement", affirme-t-on au PC. "Nous prendrons une décision commune au Front de Gauche après le vote des militants, mais il semble probable que nous nous dirigions vers une absence au gouvernement", avance Martine Billard.

Quid des ambitions personnelles au sein du PCF? Les noms du député André Chassaigne et de la sénatrice Nicole Borvo circulent en effet comme de possibles prétendants à un poste gouvernemental. Parmi les deux partenaires du Front de Gauche, on s'élève d'une même voix pour fustiger...le PS, à l'origine selon eux de ces "rumeurs". "André Chassaigne au gouvernement? Je crois que c'est Solferino qui s'amuse", évacue un cadre communiste. "Le PS a tout intérêt à ce que le Front de Gauche se divise, c'est clair", selon Eric Coquerel, son porte-parole.

Objectif: isoler Mélenchon

Une hypothèse que confirme en privé un responsable socialiste, ulcéré par le comportement de son ex-camarade: "Mélenchon a fait capoté les négociations entre le PS, les Verts et les communistes en étant trop gourmand. Et sa candidature à Henin-Beaumont, où les études donnaient le candidat PS gagnant, remet en selle Marine Le Pen. Effectivement, si des gens comme André Chassaigne pouvaient intégrer le gouvernement...", ce serait le début de la fin pour le Front de gauche.

Problème: le député du Puy-de-Dôme ne veut pas en entendre parler. "Même si j'ai été informé que mon nom circulait dans les journaux, je n'ai eu absolument aucun contact de la part des socialistes. Mais je peux vous dire que quoi qu'il arrive, je me conformerai à la décision des militants du Front de Gauche", assure-t-il.

Au Parti communiste, on se félicite d'avoir "évité le piège". "Nous avons bien compris le jeu du PS", confie un cadre, mais nous ne tomberons pas dans le panneau". Du côté des socialistes et des Verts, certains font déjà le bilan d'une stratégie qu'ils jugent "pas nécessaire": "Le Front de gauche se ressoude contre nous, alors que la division se serait opérée toute seule".


Consacrée à Hénin-Beaumont :

Citation:
(Vendredi 10 juillet 2009)

Marie-Noëlle Lienemann se lâche… mais pas seulement sur Hénin-Beaumont.

Voilà l’intégralité de l’émission Ligne Jaune animée par Guy Birenbaum consacrée à Hénin-Beaumont.

A la sortie de l’émission, j’avais bien vu les yeux exorbités de Ronald (ne manquez pas son papier)…

En réécoutant, je comprends mieux sa réaction. Marie-Noëlle Lienemann ne prend pas de détour. Outre Hénin-Beaumont, c’est aussi la Fédération socialiste du Pas de Calais ou tout au moins certains de ses grands notables qui en prennent pour leur grade.

A aucun moment, ce que j’ai pu dire ici même et répété sur le plateau n’est démenti par Marie-Noëlle Lienemann. Au contraire, c’est à chaque fois confirmé : multiples urnes, taux d’adhésion au PS hallucinant dans certaines villes et son ration d’employés municipaux, mainmise de quelques uns sur l’appareil, Martine Aubry coincé par ses alliances...

C’est long, 1h30 mais c’est édifiant… certains pourront même dire terrifiant.

Guy Birenbaum et Danièl Schneidermann avaient l’air satisfait de cette émission… novice dans ce domaine, je comprends mieux pourquoi.

http://marc.vasseur.over-blog.com/article-33666177.html


Arrêt sur image sur Hénin-Beaumont (à voir pour comprendre la situation).

Mélenchon invité du « 12/13 dimanche » sur France 3 : 27 mai 2012.
25 mai 2012, Jean-Luc Mélenchon, Discours en réunion publique à Courrières.
J.-L. Mélenchon France 3 Alsace 22 mai 2012.
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 30/05/2012, 17:08    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Enorme connerie du suppléant de Marine Le Pen pour les législatives, qui plus est est fier de lui :

Citation:
Steeve Briois : le faux tract est « un document-vérité! »

L'équipe de campagne de Marine Le Pen a assumé le faux tract appelant à voter Mélenchon en arabe, révélé par Marianne, comme une opération de proches approuvée et dont Marine Le Pen était informée. Mélenchon et son adjoint ont déposé plainte.

Steeve Briois, suppléant de Marine Le Pen, se félicite de « la diffusion massive » les 28 et 29 mai de faux tracts appelant à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Un « document vérité » ajoute-t-il, puisque la citation, sortie de son contexte est extraite d’un discours prononcé par le candidat du Front de Gauche à Marseille, le 14 avril 2012. Bruno Bilde, responsable de la communication de la candidate affirme de son côté que ce sont « des gens proches du FN » qui ont pris l’initiative d’éditer un tract où le vert de l’islam prend la place du rouge utilisé par Mélenchon, où la citation en arabe n’est manifestement pas destinée aux familiers de cette langue, puisqu’elle est écrite à l’envers.

La méthode rappelle de vieilles pratiques, utilisées jadis par l’extrême droite. Marine Le Pen a elle-même déclaré : « chaque fois que quelqu’un vous dit « je vais voter Mélenchon », c’est un Français d’origine algérienne », reprenant ensuite « Maghrébin ». Traduction évidente : Mélenchon est le candidat des Arabes. En outre, la diffusion d’un faux tract est du plus mauvais effet… D’autant que le groupe de diffuseurs dispose de moyens logistiques qui ne sont pas à la portée des amateurs. Une camionnette, immatriculée dans le 92, le numéro de téléphone d’un responsable du service d’ordre du FN (DPS), une équipe venue récupérer à Montigny-en-Gohelle les deux militants pris sur le fait par les distributeurs des vrais tracts de Jean-Luc Mélenchon…

La rapidité des réactions de Steeve Briois et Bruno Bilde montre également qu’ils étaient parfaitement informés de cette opération. Bruno Bilde nous a ainsi déclaré que cette initiative avait été « proposée » par les fameux « proches » et acceptée par les responsables de la campagne de Marine Le Pen. Toujours selon Bruno Bilde, la candidate « Bleu Marine » était elle-même informée de l’opération. Ce n’est pas le premier tract anonyme diffusé dans la circonscription depuis le début de la campagne, mais le troisième. Le mandataire de Jean-Luc Mélenchon s’apprêtait à porter plainte pour usurpation, d’autant qu’un document anonyme censé constituer un appel à voter en sa faveur aurait pu servir à contester le scrutin et les comptes du candidat.

L’affaire dévoilée, Jean-Luc Mélenchon et Hervé Poly, son suppléant, ont porté plainte contre X pour engagement illégal de dépenses, destinées, cette fois, à appuyer la campagne de Marine Le Pen. Le fait est qu’à partir du moment où Steeve Briois reconnaît avoir approuvé une démarche visant à discréditer son adversaire le juge de l’élection peut exiger que le coût de l’opération figure dans les comptes de campagnes de Marine Le Pen. Laquelle se trouve devant un choix difficile. En niant toute implication, au risque de désavouer ses fidèles lieutenants, la présidente du Front National encourt une imputation d’office assortie de lourdes sanctions, qui peuvent aller jusqu’à l’inéligibilité.

Le code électoral est implacable, il précise que tout document de campagne doit porter mention de l’imprimeur et du mandataire financier. En reconnaissant que cette opération douteuse était bien une contribution à sa campagne, elle peut éviter les déboires judiciaires, mais elle écorne sérieusement l’image qu’elle s’efforce de présenter à Hénin-Beaumont. Steeve Briois, pourtant, est content de ce coup tordu.
http://www.marianne2.fr/Steeve-Briois-le-faux-tract-est-un-document-verite_…


Mélenchon chez Bourdin.
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 31/05/2012, 18:28    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Citation:
Législatives : une tache rouge-brune dans la campagne du Front de Gauche

René Balme, investi dans le Rhône par le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, anime le site Oulala.net, à la ligne complotiste et aux contenus nauséabonds.

Dans la onzième circonscription du Rhône, le Front de Gauche présente aux législatives René Balme, maire de Grigny, très implanté localement. Pourtant, l’examen attentif d’un des sites web qu’il anime (et qui est très fréquenté) pose question quant à certaines de ses orientations politiques : on y trouve en effet des textes dont le contenu paraît pour le moins très éloigné des valeurs qu’entend défendre le Front de Jean-Luc Mélenchon.

Côté pile, René Balme est maire de Grigny dans le Rhône. Ancien militant CGT et PCF (qu’il a quitté en 1997), il a rallié le Parti de Gauche en 2009.

Côté face, René Balme est le fondateur et l’animateur depuis 2001 de Oulala.net (à l’origine sous le pseudonyme de Gilles Lestrade), un site marqué par sa ligne éditoriale complotiste, sur lequel on retrouve nombre d’écrits dignes de l’extrême droite la plus crasse et pour lequel Balme revendique de 8 000 à 10 000 visiteurs par jour.

Obsession antisioniste

On y trouve par exemple des textes comme « Dire aux juifs leurs quatre vérités » écrit par l’auteur britannique Paul Eisen qui s’est illustré par des propos à connotation négationniste.

Dans la même veine, on peut aussi y lire des interviews ou des renvois vers des textes d’autres auteurs antisionistes, comme Israel Shamir ou Gilad Atzmon, qui sont considérés par la plupart des défenseurs sincères de la cause palestinienne comme des imposteurs qui salissent cette cause avec leur obsession confinant à l’antisémitisme.

En France, l’Union juive française pour la paix (UJFP) a également condamné à plusieurs reprises les écrits de Atzmon, de même que récemment le journaliste du Monde diplomatique Dominique Vidal qui les a qualifiés de « prose digne du Völkischer Beobachter » (le journal officiel du parti nazi). Nombre de ces écrits sont traduits par Marcel Charbonnier, relais habituel de ces auteurs en langue française.

Homophobie et éloge de dictatures

On peut également y lire un texte à relents homophobes, « L’homosexualisme, cette idéologisation de l’intimité… », qui a pour auteur un certain Camille Loty de Malebranche, qui se présente comme un philosophe et est un habitué des colonnes de Oulala.net. Le terme « homosexualisme » n’apparaît ailleurs sur le Net que dans des publications relevant du traditionalisme chrétien et de l’extrême droite.

Mieux : un autre des habitués du site de René Balme, Serge Uleski, a publié le 12 février 2011 un article faisant la promotion d’un livre d’Alain Soral (introuvable après la publication de cet article), puis le 28 avril 2012 du dernier film de Dieudonné (même chose), « L’Antisémite », réalisé avec des fonds iraniens. Rappelons que suite aux révélations du site Opération Poulpe, le Front de Gauche a désinvesti il y a quelques mois Philippe Marx, qui était candidat dans la région de Villerupt (Meurthe-et-Moselle), pour des faits similaires.

Les thèses conspirationnistes sont également à leurs aises sur Oulala.net. Les exemples sont légion. On y trouve :
•des textes faisant la promotion du mouvement techno-scientiste new age Zeitgeist ;
•des théories du complot sur le 11 Septembre diffusées par l’association ReOpen911, Thierry Meyssan ou le polémiste américain et ex-proche de Lyndon LaRouche Webster G. Tarpley ;
•des écrits dénonçant le prétendu complot du Club Bilderberg ;
•des articles de la blogueuse conspirationniste Chantal Dupille dite Eva R-sistons dont les sympathies pour le négationniste Roger Garaudy – ce « grand penseur » – sont affirmées ;
•un texte repris du complotiste d’extrême droite américain Alex Jones suggérant que l’épouse de Barack Obama serait une « illuminati » (un délire pointé par Conspiracy Watch) ;
•des articles plus que complaisants avec des dictateurs (Milosevic, Gbagbo, Kadhafi, Ahmadinejad, El-Assad), quand ils n’en font pas tout simplement la promotion sous couvert d’anti-impérialisme, et même une retranscription d’un discours d’Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, repris d’Al-Manar en 2006.

Une ode à l’Iran

Les médias et télévisions de régimes dictatoriaux ou ayant des dérives autoritaires sont chez eux sur Oulala.net, qui relaie Russia Today, l’Irib (Iran), etc.

René Balme s’est inspiré de la télévision vénézuélienne Vive TV pour créer Vivé (pour « vidéo-vérité »), « école internationale de vidéo et de TV participative » après un voyage en 2006 au pays d’Hugo Chavez.

Parmi les défenseurs des dictatures, on trouve l’Algérien Chems Eddine Chitour, professeur à l’école polytechnique d’Alger et auteur notamment d’un article intitulé « Le développement technologique de l’Iran, un résistant contre le nouvel ordre mondial ». Ailleurs, le même dénonce « les puissants lobbies juifs dont le pouvoir repose sur l’argent, les médias et l’intelligence » sur le site « national-révolutionnaire » VoxNR de Christian Bouchet (FN).

Une longue interview de Thierry Meyssan

Une visite sur le blog personnel du maire de Grigny nous apprend en outre qu’en 2007 il a longuement interviewé Thierry Meyssan pour sa webTV Vivé, tandis que que le 30 mai 2011, sous couvert d’anti-impérialisme, il nous conseillait la lecture d’un « excellent article » de Thierry Meyssan paru sur le site du Réseau Voltaire expliquant que l’affaire du Sofitel de New York est un complot américain contre DSK.

Le même jour dans le même article, M. Balme invite à approfondir le sujet de la main-mise américaine sur l’économie mondiale au travers d’un article issu du site Mecanopolis, une officine suisse liée au Réseau Voltaire et classée à l’extrême droite du champ politique.

Bien entendu, Mecanopolis est également relayé sur Oulala.net, notamment au travers du « rapport sur le mondialisme » de Pierre Hillard, un catholique intégriste et théoricien français du « nouvel ordre mondial ».

Dans ces conditions, comment s’étonner de ce que René Balme ait invité, à la dernière édition du salon du livre alternatif qu’il a organisé dans sa commune, un des animateurs du site rouge-brun LeGrandSoir.info, Maxime Vivas ?

Les explications de René Balme

Interrogé, René Balme indique que Oulala.net est géré par « un collectif très ouvert » et que les gens qui le composent « peuvent donner leur sentiment, des conseils de lecture » sur le site, dont tous les articles sont relus.

« Tout peut être publié à condition que ça puisse être débattu, les forums sont là pour ça. » Avec une limite : « La règle, c’est pas de propos racistes, antisémites ni d’injures. »

A propos de la présence sur ce site d’articles invitant à la lecture du dernier Soral ou au visionnage du dernier Dieudonné, il esquive :


« Ce sont les contributeurs qui doivent assumer leurs écrits. C’est comme sur les blogs de Rue89 : tous les blogs de Rue89 ne respectent pas forcément la ligne éditoriale du site. Ça fait partie de la liberté d’expression, ça ne veut pas dire qu’on cautionne. On a pour politique de ne retirer aucun article publié. »

Et René Balme précise :

« Oulala.net est un site qui n’a rien à voir avec le candidat René Balme, je n’en suis que l’administrateur. »

Quid alors de la présence sur son blog personnel d’une interview de Thierry Meyssan et d’un texte citant complaisamment Mecanopolis ?

« Thierry Meyssan a le droit de s’exprimer. Ses analyses permettent de comprendre des choses et de comprendre le monde et il est le seul à les dire. Je vais chercher des infos chez lui, ça ne veut pas dire que je partage ses idées.

Je ne connais pas très bien Mecanopolis, mais ça, c’est le microcosme médiatique français qui a décidé de donner des étiquettes à tout le monde. Quand j’y trouve une analyse que je veux partager, ça ne veut pas dire que j’y souscris entièrement. Je ne veux pas rester dans une tour d’ivoire, je suis ouvert sur le monde. Je ne veux pas être enfermé dans telle ou telle catégorie. Parfois, il y a des choses très intéressantes qui doivent être mises sur le devant de la scène. »

Et de conclure :

« J’ai pour habitude d’assumer tout ce que j’ai écrit et fait et je suis un homme de gauche. »

La réponse du Front de Gauche

Sollicité de son côté par le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) pour expliciter son programme, le Front de Gauche déplore « la multiplication des sites internet négationnistes et racistes » et s’engage à poursuivre les « sites qui propagent la haine raciste, l’incitation à la violence contre les personnes et attaquent les militants antiracistes ».

Alexis Corbière, conseiller de Jean-Luc Mélenchon chargé de « la riposte contre l’extrême droite et le Front national » au sein du Front de Gauche nous a confirmé cette orientation : Alain Soral et Dieudonné sont considérés par son organisation comme des « ennemis politiques clairement identifiés » et des « antisémites » et « aucune complaisance » ne saurait être acceptée avec l’extrême droite et ses idées.

Ne connaissant ni René Balme ni son site, il promet que le Front de Gauche et le Parti de Gauche vont se pencher sur son cas dans les semaines à venir afin de déterminer quelles suites il conviendra de donner à cette affaire, après avoir entendu le principal intéressé.
http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/05/30/une-tache-rouge-brune-dans-…


Purée : ici, il y a aussi du Bilderberg, du Soral, du Meyssan, ...
Faut pas que le "président" se présente aux législatives...
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett


Dernière édition par Alter Egaux le 01/06/2012, 05:48; édité 1 fois
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 31/05/2012, 21:43    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Ce truc de dingue, c'est un copain à Paul Ariès, ils sont très très proches. Je l'ai rencontré à un meeting il y a environ 2 ans, loin de penser ça de lui Shocked
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 01/06/2012, 05:51    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

postdave a écrit:
Ce truc de dingue, c'est un copain à Paul Ariès, ils sont très très proches. Je l'ai rencontré à un meeting il y a environ 2 ans, loin de penser ça de lui Shocked

A ce propos, René BALME publie un "Droit de réponse à Rue89", sur son site :

Citation:

A la suite de l’article publié par Rue89, le 30 mai 2012, intitulé « Législatives : une tache rouge-brun dans la campagne du Front de Gauche »

DROIT DE REPONSE A « RUE89 »

J’ai milité à la CGT, au PCF puis au Parti de gauche, dans des associations de défense des locataires, fidèle à mes engagements de toujours, depuis 44 ans. J’honore des mandats électifs locaux, fidèle à mes orientations politiques, depuis 29 ans. Le site Oulala.net existe, dans la même ligne éditoriale, depuis 11 ans. Je suis co-fondateur du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS depuis 8 ans, co-fondateur du Réseau national de la Démocratie participative depuis 2011. J’ai toujours affirmé mon combat pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et mon combat contre la désinformation. Pourquoi « Rue89 » me découvre aujourd’hui, à dix jours du premier tour des Législatives ? Pourquoi « Rue89 » prend le risque d’aussi peu de professionnalisme, de piétiner la liberté d’expression si chère à la presse, de venir sur le terrain de la diffamation, de l’injure et du mensonge ?

Plutôt que de me juger sur des actes, sur ma gestion municipale et politique, sur les valeurs qui fondent mon action politique vous avez choisi un terrain mouvant, subjectif et particulièrement nauséabond.

Vous utilisez une quinzaine d’articles sortis de leur contexte et sans préciser l’année de leur publication pour en conclure que le site Oulala.net serait antisioniste, homophobe, ferait l’éloge des dictatures, ferait l’ode à l’Iran et aurai publié un entretien avec Thierry Meyssan.

Qu’il me soit permis de préciser que l’antisionisme n’est pas un délit mais une opinion fort répandue et défendue, y compris par la communauté juive de France.

L’article de Camille Loty Malebranche, intellectuel résident aux caraïbes, à qui vous attribuez une connotation homophobe est loin de refléter cette opinion et je vous invite à le relire avec attention.

Pour ce qui est de l’éloge des dictatures, permettez moi de préciser qu’informer à travers la publication d’écrits qui ne reflètent pas la pensée dominante sur tel pays ou tel dirigeant constitue un moyen critique d’informer le lecteur et pas une éloge ou sens où vous l’entendez. Pour ce qui est de l’article concernant le film de Dieudonné, que nous désapprouvons, vous avez pu remarquer qu’il avait été retiré par le comité de lecture, qui est intervenu à postériori comme c’est souvent le cas (nous ne sommes que des bénévoles). Il est bien évident que l’on peut retrouver en mémoire sur un moteur de recherche les articles qui ont été publiés ne serait-ce que quelques heures.

La publication de la traduction, en 2006, d’un discours de Nasrallah a été décidé collectivement, à cette époque, dans le seul but d’informer le lecteur et ne se veut pas être une éloge, ni une adhésion aux thèse développées par le Hezbollah.

Pour ce qui est des textes de Chems Eddine Chitour, il n’y a pas, non plus, dans leur contenu quelque éloge que ce soit mais des données informatives permettant de mieux comprendre les enjeux du moyen Orient et ils sont complexes.

Vous me refusez le droit de publier un entretien avec Thierry Meyssan, qui a l’époque vivait en France et avait des responsabilités politiques, alors que vous recevez en grande pompe marine Le Pen le 23 janvier 2012 pour échanger avec vos lecteurs. Vous remarquerez que nous n’avons jamais donné la parole au Front National sur note site. Et nous ne le ferons jamais, soyez rassurés.

J’oubliais une précision, et de taille : le site Oulala.net, créé en 2001 a conservé tous les articles publiés depuis, de telle sorte que certains font effectivement référence à des personnages qui étaient respectables à l’époque, mais qui, depuis ont emprunté une voie plus que condamnable et desquels Oulala s’est détaché depuis longtemps.

La syndication de sites est un exercice difficile car il est fastidieux de contrôler tout ce qui est publié et relayé, et, certains articles peuvent échapper à notre vigilance. Ils sont retirés dès que le lecteur nous interpelle à ce propos.

Vous le constatez, les accusations à charge contre Oulala.net et l’un des animateurs que je suis sont particulièrement infondées et la minceur des arguments que vous développez n’aurait pas du suffire à afficher un titre particulièrement insultant : « Législatives, une tâche rouge-brune dans la campagne du Front de gauche », pour lequel j’envisage de saisir la justice.

Enfin et pour finir avec l’origine de cet article, notons que la journaliste qui l’a rédigée est connue pour ses méthodes. Elle emploie un pseudonyme pour faire amie-ami et contribuer sur des sites internet indépendants ; elle emploie son nom réel pour les détracter. Ainsi, ces derniers mois, plusieurs personnalités et médias -sa cible se limitant aux plus fervents critiques de la politique impérialiste des puissances alliées à l’OTAN ou de l’Etat israélien- ont reçu « ce baiser de Judas », avant de s’apercevoir que l’une et l’autre ne faisait qu’une. Une infiltrée, dont on peut se demander valablement pour le compte de qui elle œuvre.

Ceci étant dit, oui, je suis antisioniste : je combats celles et ceux qui militent et œuvrent pour l’occupation de la Palestine et l’asservissement des Palestiniens. Je combats celles et ceux des israéliens qui s’y prêtent, comme je désapprouve fermement la communauté internationale qui a œuvré pour cela, entre autres le gouvernement britannique, la Société des nations puis l’ONU.

Non, je ne suis pas homophobe : avant-même les attaques de « Rue89 », je me suis déclaré à Lyon-Capitale, favorable au mariage des homosexuels et à leur accès à l’adoption. Je considère, en effet, que les préférences sexuelles relèvent des libertés individuelles. Et n’allez pas faire encore des amalgames malheureux avec les dérives sexuelles.

Non, je ne fais pas l’éloge des dictatures : j’alerte l’opinion sur les grands démocrates et les grandes démocraties de ce monde qui fabriquent et alimentent des dictatures et des pseudo-démocraties. Les plus grandes dictatures, à mon sens, aujourd’hui sont les États-Unis, via le Bureau du représentant au commerce des États-Unis (USTR), lequel supplante même aujourd’hui une autre grande dictature, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ; le Fonds monétaire internationale (FMI), l’Union européenne, via son Conseil et sa Commission. A son niveau, le gouvernement français s’est aussi comporté pendant toute les années où la droite était au pouvoir de manière particulièrement antidémocratique, puisque composé de ministres et autres secrétaire d’État dont l’autorité et le champ d’intervention dépassent largement celle des parlementaires, députés et sénateurs.

L’expérience de démocratie participative que j’ai initiée à Grigny, ville que j’ai l’honneur de diriger depuis 20 ans prouve si besoin était que ma personnalité et ma façon d’appréhender la démocratie se situe à des lieues de l’image que vous vous efforcez de donner de moi.

Les messages de sympathie, tant sur votre site, que par mail ou téléphoniques reçus depuis ce matin démontrent que personne n’est dupe sur l’enjeu électoral dans lequel s’inscrit la publication de cet article particulièrement malhonnête.

L’objectif est bien évidemment de me nuire au moment ou il n’est pas impossible que je sois au deuxième tour sur la 11ème circonscription du Rhône. Mais au delà, c’est le Parti de Gauche, le Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon qui porte le fer contre Marine Le Pen qui est également visé par l’analyse partisane que vous faites de mes activités et les conclusions hâtives et pour le moins diffamatoire à mon égard que vous en tirez.

Le journalisme n’en sort pas grandi car la méthode s’apparente fort à une sorte d’assassinat politique qui ne veut pas dire son nom.

Ce comportement donne raison à la presse alternative qui ne se laisse pas et ne se laissera pas intimider par les purificateurs de la toile. Nous sommes dans une République où le mot liberté, surtout quand il est suivi de celui d’expression reste encore a défendre au risque de se mettre a dos, tout ce que la presse bienpensante compte de journalistes ou de supposés tels.

A Grigny,
http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article5658

Il faut noter que sur 1 article excellent sur Rue89, il y a 5 articles incipides et 4 déplorables, idéologiquement positionné et "fabriqué". Donc acte...
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 01/06/2012, 07:22    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

J'ai retrouvé le débat auquel j'étais présent :

http://www.vive-fr.org/node/357

Puis celui que j'ai raté, fin 2011, sur la désobéissance :

http://www.dailymotion.com/video/xlloat_la-desobeissance-colloque-de-grigny…

L'avis que j'ai sur ces personnages, que je suis depuis longtemps, c'est que si on devait se lancer à donner des bons points dans le cirque politique, et bien la VRAI gauche, c'est eux.
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 01/06/2012, 17:19    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

postdave a écrit:
et bien la VRAI gauche, c'est eux.

C'est peut être un peut restreindre le champs des possibles. Mais j'avoue que être le co-fondateur du Réseau national des élus et collectivités hors AGCS, c'est une sacrée carte de visite pour moi. Okay

Marianne2 rebondie sur l'affaire : Affaire Balme : un coup politique contre Mélenchon ?

Citation:
Street Press et Rue89 dénoncent un candidat mélenchoniste « rouge-brun » aux législatives. Si le site du candidat et certains de ses articles posent problème, lui-même affirme qu'ils existent depuis longtemps et que la polémique n'est pas lancée par hasard durant la campagne. Chez Mélenchon, on n'exclut pas des sanctions. Explications.

L'accusation est grave. « Rouge-brun », « contenus nauséabonds », « écrits dignes de l’extrême-droite la plus crasse ». Rue89 et Street Press se sont penchés sur René Balme, candidat aux législatives dans le Rhône à Grigny (ville dont il est le maire) et surtout sur son site Oulala.net (qu'il gère avec un collectif). Le plus étonnant que Balme n’est pas membre du FN mais... du Parti de gauche.

Que lui reproche-t-on ? Pour Street Press, « Oulala.net se fait le relais (de) grands classiques conspirationnistes » et « donne la parole à des chroniqueurs proches des mouvances antisémites ». Rue89 évoque l’« homophobie et éloge de dictatures » et « une tache rouge-brun sur la campagne de Mélenchon ». En cause, entre autres, une interview de Thierry Meyssan, un texte de l'écrivain britannique Paul EIsen intitulé « Dire aux Juifs leurs 4 vérités» ou un autre de René Balme lui-même, intitulé« Ben Laden est mort ! Ah bon ? Mais depuis quand ? ». Un autre candidat du Front de gauche, Thierry Marx, s’est déjà vu retirer son investiture pour avoir relayé des vidéos d’Alain Soral sur son blog.

Oulala.net a tenté de répondre aux accusations de Rue89 : « René Balme a toujours combattu les idées du Front National et ne cessera de le faire » est-il précisé. Le site signale aussi que « certains (articles) font effectivement référence à des personnages qui étaient respectables à l’époque, mais qui, depuis ont emprunté une voie plus que condamnable et desquels Oulala s’est détaché depuis longtemps ».

« René Balme a toujours combattu les idées du FN »

René Balme va porter plainte contre Rue89 pour injure publique et a fait usage de son droit de réponse. « Me faire traiter de ‘rouge-brun’ à 62 ans, alors que j’ai toujours combattu l’extrême-droite, ce n’est pas possible », explique-t-il à Marianne. Mais surtout, le maire de Grigny pointe un coup politique : « Ce n’est pas un hasard si Rue89 publie ça à 10 jours des législatives ».

En effet, les articles pointés datent d’il y a plusieurs années et le site, qui existe depuis 2001, n’a « jamais eu une seule remarque », ni la moindre plainte. Balme, maire depuis 1992, n’est pas un nouveau venu en politique. Oulala.net n’est pas un site secret et est mis en lien sur son site de campagne ouvert en novembre ainsi que sur son site personnel. Les visites, selon Balme, vont de 5 à 10 000 par jour. De plus, Balme est depuis longtemps l’univers du Web, il est créateur ou contributeur de nombreux sites politiques comme le-citoyen.org.

Alors pourquoi l’affaire sort maintenant ? « S’il fallait sortir quelque chose, il fallait le faire avant », se défend Balme. Juridiquement, si une association veut porter plainte contre Balme, elle se heurtera au délai de prescription d’un an (à compter de la mise en ligne de l’article), fixé par la loi de 1881 sur la liberté de la presse concernant l’incitation à la haine raciale, le négationnisme, l’injure ou la diffamation raciste.

« S’il fallait sortir quelque chose, il fallait le faire avant »

Au Parti de gauche, on affirme ne pas être au courant de l'existence de ce site. Interrogé par Street Press, Eric Coquerel, chargé des élections, dit avoir appris son existence par le journaliste auteur de l’enquête. Sur Rue89, Alexis Corbière, chargé de la riposte anti-FN, a également affirmé n'être pas au courant de l’existence d’Oulala.net avant d’être contacté par la journaliste. René Balme dit ne pas craindre une sanction ne voyant « pas pourquoi », le Front de gauche lui retirerait l’investiture. Pour l’instant, le parti est en au stade de la réflexion et, même sans retrait de l’investiture, une éventuelle sanction pourrait être prise après les législatives.

Bien évidemment, certains écrits d’Oulala.net sont plus que controversés. René Balme en appelle, lui, à la liberté de débat : « On peut publier un article sans en partager le point de vue ». Une défense que certains ne manqueront pas de rapprocher des arguments traditionnels des négationnistes. Sur l'article titré « Ben Laden est mort ! Ah bon ? Mais depuis quand ? », Balme précise qu’il était écrit « sous le mode de l’humour ». Sur l’interview de Thierry Meyssan, il explique de l’entretien date de 2007 : « Thierry Meyssan était encore secrétaire national du PRG (jusqu'en 2008 ndlr), ce n’était pas le Thierry Meyssan d’aujourd’hui ».

Certains textes posent effectivement problème. Pour autant, l’expression « rouge-brun » est-elle adaptée au cas Balme ? Elle devient parfois un grigri agité par certains afin de discréditer toute pensée alternative à la mondialisation en l’assimilant à l’extrême-droite complotiste. Même Arnaud Montebourg n’y a pas échappé, accusé de lepénisme par Quatremer parce qu’il s’opposait à l’austérité à la sauce Merkel. Nul doute que s'il s'avérait que Balme est convaincu d'une dérive complotiste ou antisémite, il sera viré par Mélenchon.


Après les derniers 10 jours calamiteux qu'a passé Mélenchon juste avant le 1er tour des élections présidentielles, cette affaire n'est pas sans rappeler que le Front de Gauche dérange, même lorsqu'il fait la différence pour faire gagner au second tour Hollande, et lorsqu'il attaque frontalement le FN, verrous du système de la Veme république.
A suivre donc. Dur dur pour Balme.
Espérons que le Front de Gauche ne l'exclut pas sur un coup de tête (ou de buzz). Neutral
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 01/06/2012, 17:27    Sujet du message: [2012] Législatives... Répondre en citant

Quand on parle du verrou :
Citation:
Législatives : où le FN peut-il gagner ?

A défaut de constituer un groupe parlementaire, le parti de Marine Le Pen compte sur des circonscriptions clés pour entrer à l'Assemblée.

Le Front national revoit ses calculs. Au soir du premier tour de la présidentielle, les ambitions sont élevées. Obtenir 15 députés parait un objectif accessible pour le parti d'extrême-droite. Mais Florian Philippot, porte-parole de la campagne, ramène ses troupes sur terre : "Avoir un député serait déjà un succès".

Il n'empêche. Avec le score historique (17,9%) de Marine Le Pen au 1er tour de la présidentielle, des députés Front national pourraient entrer à l'Assemblée. "Ils ont des chances d'avoir des élus, mais on les comptera sur les doigts d'une main", relève Sylvain Crépon, auteur de l'ouvrage "Enquête au cœur du Front National". Revue des circonscriptions clés.

Les circonscriptions favorites

11e du Pas-de-Calais : Front contre Front

La circonscription la plus médiatique. Celle où Marine Le Pen a été conseillère municipale, à Hénin-Beaumont. Arrivée en tête au 1er tour, la présidente du Front national pense pouvoir tirer profit des démêlés judiciaires du PS, avec un soupçon de financement occulte du parti dans le département. Mais c'est sans compter l'arrivée de Jean-Luc Mélenchon. Grand rival de Marine Le Pen, il se voit comme le "rempart contre la haine" que prône, selon lui, son adversaire. Et souhaite à tout prix empêcher l'entrée du Front national à l'Assemblée nationale. Après avoir tergiversé sur le lieu de son parachutage, il prend le pari de battre la leader frontiste. Et il pourrait le réussir. Selon un sondage IFOP/Fiducial pour le JDD du 19 mai, Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour avec 34% contre 29% pour Jean-Luc Mélenchon. Mais le fondateur du Parti de gauche remporterait le scrutin au second tour avec 55% des voix. En cas de triangulaire, il l'emporterait également avec 44% des suffrages, contre 36% pour la candidate FN et 20% pour Philippe Kemel (PS).

Scores à la présidentielle :
•Premier tour : 31,42% pour le FN
•Second tour : 60,44% pour François Hollande, 39,56% pour Nicolas Sarkozy

3e du Vaucluse : l'autre Le Pen

Le Vaucluse est le seul département où le Front national a obtenu un conseiller général l'an dernier, aux élections cantonales. Avec 27,03% des voix, Marine Le Pen obtient son meilleur score, dans un territoire où le FN est historiquement implanté. Avec Orange pour emblème. Du côté de Carpentras, Marion Maréchal-Le Pen, petite-fille de Jean-Marie et nièce de Marine, 22 ans à peine, espère sortir Jean-Michel Ferrand, député UMP depuis 1986. La nouvelle tête, bien nommée, aura-t-elle raison du candidat historique ?

Scores à la présidentielle :
•Premier tour : 31,5% (record national) pour le FN
•Second tour : 60,25% pour Nicolas Sarkozy, 39,75% pour François Hollande

3e du Gard : Collard en embuscade

Au soir du 22 avril, Marine Le Pen est arrivée en tête dans le département du Gard, avec 25,51% des suffrages. Une performance dont le Front national espère tirer profit le 17 juin. Tête d'affiche : Gilbert Collard. Président du comité de soutien à Marine Le Pen durant la présidentielle, il a été investi dans la circonscription dès janvier. Face à lui, Etienne Mourru (UMP), 72 ans, conseiller régional depuis 1986 et député depuis 2002, également maire du Grau-du-Roi, et Katy Guyot (PS). Confiant dans ses chances, il lui faudra éviter une triangulaire pour espérer être élu.

Scores à la présidentielle :
•Premier tour : 28,87% pour le FN
•Second tour : 56,03% pour Nicolas Sarkozy, 43,97% François Hollande

Les circonscriptions bonus

Le FN pourrait battre son record des législatives de 1997, lorsqu'il s'était qualifié pour le second tour dans 133 circonscriptions. "Vu la configuration, on peut être tenté de dire qu'il y en aura plus", analyse Sylvain Crépon. Et avec un score de plus de 25% à la présidentielle dans 68 circonscriptions, le parti frontiste espère profiter de l'élan et devancer leurs adversaires du PS et de l'UMP. Parmi elles :

- Julien Sanchez dans la 1ère circonscription du Gard, où Marine Le Pen est arrivée en tête au 1er tour avec 25,51% des voix.
- Paul-Marie Coûteaux, dans la 2e de Haute-Marne. Avec 28,98% des voix au 1er tour, Marine Le Pen a pris à la première place.
- Florian Philippot dans la 6e circonscription de Moselle, où le FN a obtenu 29,78% au 1er tour.

En dehors de ces personnalités, reste deux configurations pour le Front national au second tour :

- Le FN seul face à l'UMP grâce aux divisions de la gauche. Certaines circonscriptions comptent parfois plus de six candidats de gauche et d'extrême-gauche! Exemple : la 12e circonscription du Pas-de-Calais, où se présente le dissident socialiste Jean-Pierre Kucheida, exclu du PS le 29 mai. Dans ce cas, la gauche devrait choisir le candidat UMP pour faire barrage au FN, comme l'a commandé Martine Aubry. Et le FN dire adieu à un siège de l'Assemblée.

- Le FN soutenu par la droite en cas de duel avec la gauche. Marine Le Pen compte sur un report des voix de l'électorat UMP. C'est son objectif principal, avec en retour une recomposition de la droite. La présidente du Front national envisage même des alliances "au cas par cas" avec des candidats de l'UMP. Et notamment ceux de la droite populaire, qui défend des thèses proches du FN. Certains élus ont déjà fait un appel du pied. Le maire UMP de Montfermeil, Xavier Lemoine, estime dans le Figaro qu'il est "nécessaire d'arriver à l'union de toutes les droites, incluant le FN". Selon Sylvain Crépon, ces tiraillements entrent dans la "stratégie de la zizanie" du parti frontiste.
http://tempsreel.nouvelobs.com/legislatives-2012/20120531.OBS7205/legislati…

_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:23    Sujet du message: [2012] Législatives...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Politique et militantisme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation