Index du Forum


Résilience : Capacité d'une famille, d'un groupe ou d'une structure à s'adapter et rebondir suite à un choc violent.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Débat] SMIC et énergie
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Bienvenue sur le forum Transition -> Le bistrot des transitionnistes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 25/06/2012, 07:45    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Alter Egaux a écrit:

Le nombre de foyers qui dévissent, qui avaient une gestion pépère et raisonnée de leur budget familial, sont en train d'exploser. Le coupable n'est jamais le pétrole, dit il, mais le "voisin" ou l'Etat. Facture essence, facture énergie, facture nourriture (pétrodépendante) : que de factures plus du tout maitrisées.

ça me semble simpliste comme raisonnement, qu'imputer à l'énergie une baisse du niveau de vie. Janco l'a bien montré à moultes reprises, le poids de l'énergie dans les ménages ne fait que baisser depuis 1970.
Le budget alimentaire n'en parlons pas, son importance à été divisée par 2 en 40 ans.

Non, il semble évident que les problèmes de budget sont la dépendance à la technologie gadget inutile (GSM, jeux vidéo, home cinema et tout le catalogue fnac), une explosion des loisirs et divertissements, et bien entendu des loyers.

Par contre, l'explosions des factures énergétique, c'est pour très très bientôt, ça va être soudain, et ça va mettre le peuple dans la rue, et il n'y aura pas grand chose à y faire, compte tenu de l'absence de marge de manoeuvre du gouvernement.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 25/06/2012, 07:45    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 25/06/2012, 17:31    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

postdave a écrit:
Alter Egaux a écrit:

Le nombre de foyers qui dévissent, qui avaient une gestion pépère et raisonnée de leur budget familial, sont en train d'exploser. Le coupable n'est jamais le pétrole, dit il, mais le "voisin" ou l'Etat. Facture essence, facture énergie, facture nourriture (pétrodépendante) : que de factures plus du tout maitrisées.

ça me semble simpliste comme raisonnement, qu'imputer à l'énergie une baisse du niveau de vie. Janco l'a bien montré à moultes reprises, le poids de l'énergie dans les ménages ne fait que baisser depuis 1970.

Mais Jancovici se trompe, lorsqu'ils parlent des ménages, comme une généralité et une moyenne. En ville, c'est une évidence pour une classe aisée, mais même pas pour une classe moyenne, pourtant, avec un réseau de transport en commun avancé, mais qui sont démunis face aux factures de chauffage et de nourritures. En 2010, il y avait déjà 3,4 millions de ménages (13% de l'ensemble) considérés comme étant en situation de précarité énergétique en France. Un chiffre en augmentation.
Le problème de Jancovici, c'est qu'il a une vision de scientifiques, fait de moyennes et de calculs hors sols (au sens social du terme). La répartition de la richesse ayant fortement reculé dès les années frics (90), la fracture énergétique s'est fortement aggravée, avec d'un coté des foyers très confortables et résilients, et de l'autre, une situation précaire, même pour un couple qui travaille. Sans parler de ceux qui ne travaillent pas, qui sont quand même pas au même nombre qu'en 1970 !

Attention à ne pas prendre les courbes de Janco sans y mettre une dose de critique. Nous le savons bien, on peut faire dire 2 choses contraire à une même courbe, tout en ayant pas tord, mais en omettant les "rentrées".
postdave a écrit:
Le budget alimentaire n'en parlons pas, son importance à été divisée par 2 en 40 ans.

Même remarque : pour un chomeur et un smicard, ou pour un patron de PME ?

postdave a écrit:
Non, il semble évident que les problèmes de budget sont la dépendance à la technologie gadget inutile (GSM, jeux vidéo, home cinema et tout le catalogue fnac), une explosion des loisirs et divertissements, et bien entendu des loyers.

Petit retour à la réalité : Victoire, étudiante à 807 € par mois, répond à Hessa, 8 660 € par mois
(800 €, c'est aussi le salaire net d'une smicard, avec ou sans enfant, avec un temps partiel imposé : 85 % de femmes parmis les smicards).
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 25/06/2012, 18:38    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Alter Egaux a écrit:
postdave a écrit:
Alter Egaux a écrit:

Le nombre de foyers qui dévissent, qui avaient une gestion pépère et raisonnée de leur budget familial, sont en train d'exploser. Le coupable n'est jamais le pétrole, dit il, mais le "voisin" ou l'Etat. Facture essence, facture énergie, facture nourriture (pétrodépendante) : que de factures plus du tout maitrisées.

ça me semble simpliste comme raisonnement, qu'imputer à l'énergie une baisse du niveau de vie. Janco l'a bien montré à moultes reprises, le poids de l'énergie dans les ménages ne fait que baisser depuis 1970.

Mais Jancovici se trompe, lorsqu'ils parlent des ménages, comme une généralité et une moyenne. En ville, c'est une évidence pour une classe aisée, mais même pas pour une classe moyenne, pourtant, avec un réseau de transport en commun avancé, mais qui sont démunis face aux factures de chauffage et de nourritures. En 2010, il y avait déjà 3,4 millions de ménages (13% de l'ensemble) considérés comme étant en situation de précarité énergétique en France. Un chiffre en augmentation.
Le problème de Jancovici, c'est qu'il a une vision de scientifiques, fait de moyennes et de calculs hors sols (au sens social du terme). La répartition de la richesse ayant fortement reculé dès les années frics (90), la fracture énergétique s'est fortement aggravée, avec d'un coté des foyers très confortables et résilients, et de l'autre, une situation précaire, même pour un couple qui travaille. Sans parler de ceux qui ne travaillent pas, qui sont quand même pas au même nombre qu'en 1970
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=bdf06#a03

Attention à ne pas prendre les courbes de Janco sans y mettre une dose de critique. Nous le savons bien, on peut faire dire 2 choses contraire à une même courbe, tout en ayant pas tord, mais en omettant les "rentrées".
postdave a écrit:
Le budget alimentaire n'en parlons pas, son importance à été divisée par 2 en 40 ans.

Même remarque : pour un chomeur et un smicard, ou pour un patron de PME ?

Pour les 20% de ménage les plus pauvres, le poids de l'alimentation est passé de 35% (en 1979) à 17% en 2006. CQFD. (http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=bdf06#a03)


Alter Egaux a écrit:
postdave a écrit:
Non, il semble évident que les problèmes de budget sont la dépendance à la technologie gadget inutile (GSM, jeux vidéo, home cinema et tout le catalogue fnac), une explosion des loisirs et divertissements, et bien entendu des loyers.

Petit retour à la réalité : Victoire, étudiante à 807 € par mois, répond à Hessa, 8 660 € par mois
(800 €, c'est aussi le salaire net d'une smicard, avec ou sans enfant, avec un temps partiel imposé : 85 % de femmes parmis les smicards).

ça corrobore plutôt ce que je disais, loisir, restau (donc service), poids de la bouffe à la maison dérisoire. Enfin du moins je ne voit pas en quoi ça va à l'encontre du fait qu'il est évident qu'on a inventé de nouvelles dépenses (communication, plus de 30 Millards par an en france assez bien réparti parmi les classes sociales), et que la part de l'alimentation recule.

Quand à 85% de smicards sont des femmes je demande à voir ta source (et dans l'idéal de 1ere décile des bas salaire, car un SMIC + 5 euros ne compte pas comme un SMIC alors que...)
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 25/06/2012, 21:36    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

postdave a écrit:
Pour les 20% de ménage les plus pauvres, le poids de l'alimentation est passé de 35% (en 1979) à 17% en 2006. CQFD. (http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=bdf06#a03)

En comparaison de la part du logement ?
C'est bien ce que je dis, on peut faire dire n'importe quoi à un chiffre hors sol. La nourriture a baissée, mais le logement a explosé. Les besoins fondamentaux (nourriture + logement) pour un pauvre en ville est écrasé par sa part logement (et nourriture qui est plus chère). A l'opposée, un pauvre en campagne est écrasé par le budget 2 voitures, avec un logement plus accessible et une nourriture aussi moins chère (jardin et aide familial plus facile).
C'est comme si tu me disais : l'Arabie Saoudite augmente sa production, le peak oil est encore très loin. Ce n'est qu'une vue partielle, vraie sur une région, mais fausse structurellement.

postdave a écrit:
poids de la bouffe à la maison dérisoire.

Tu n'as pas dû lire précisément l'article : manger des pâtes...

postdave a écrit:
Enfin du moins je ne voit pas en quoi ça va à l'encontre du fait qu'il est évident qu'on a inventé de nouvelles dépenses (communication, plus de 30 Millards par an en france assez bien réparti parmi les classes sociales)

Pour rappel pour la "communication" : free -> 2€/mois -> 60min/60 sms. Je peux te dire que 100 % des classes pauvres y sont passés, avec un portable sorti d'un tiroir en Edge, qui sature le réseau France Télécom sous - dimensionné en Edge, mais surdimensionné en 3D.
De même pour les retraités qui ont des pensions réduites : ils sont passés massivement aux forfaits 2€/mois. Soit 24 € an.

postdave a écrit:
Quand à 85% de smicards sont des femmes je demande à voir ta source (et dans l'idéal de 1ere décile des bas salaire, car un SMIC + 5 euros ne compte pas comme un SMIC alors que...)

Qui touche moins que le smic : temps partiel imposé. Caissières, femmes de ménage, etc...
Principe de réalité (google est ton ami) : Les salariés gagnant moins que le Smic sont à 80% des femmes (chiffre 2007). Depuis, cela s'est aggravé :
Citation:
[...]
Cela représente, selon Margaret Maruani, 3,4 millions de personnes dont 80% de femmes qui travaillent pour un salaire inférieur à 840 €.[...]


Les gens hurlent sur l'augmentation du SMIC, et pensent au taux plein. Mais jamais au temps partiel imposé, soit environ 800 €/mois. Certaines femmes ont 1, 2, ou 3 enfants, avec ce salaire, sans pension alimentaire très souvent.
Mais le décroissant est malthusien : "salauds de pauvres, pour ne pas dire salopes !"[/quote]
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 25/06/2012, 21:59    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Alter Egaux a écrit:

postdave a écrit:
Enfin du moins je ne voit pas en quoi ça va à l'encontre du fait qu'il est évident qu'on a inventé de nouvelles dépenses (communication, plus de 30 Millards par an en france assez bien réparti parmi les classes sociales)

Pour rappel pour la "communication" : free -> 2€/mois -> 60min/60 sms. Je peux te dire que 100 % des classes pauvres y sont passés, avec un portable sorti d'un tiroir en Edge, qui sature le réseau France Télécom sous - dimensionné en Edge, mais surdimensionné en 3D.
De même pour les retraités qui ont des pensions réduites : ils sont passés massivement aux forfaits 2€/mois. Soit 24 € an.

En créant quelques 70 000 chômeurs....
Les licenciés de FT, SFR et Bouygues télécom leur disent merci Wink

C'était pour la boutade.

Alter Egaux a écrit:

Qui touche moins que le smic : temps partiel imposé. Caissières, femmes de ménage, etc...
Principe de réalité (google est ton ami) : Les salariés gagnant moins que le Smic sont à 80% des femmes (chiffre 2007). Depuis, cela s'est aggravé :
Citation:
[...]
Cela représente, selon Margaret Maruani, 3,4 millions de personnes dont 80% de femmes qui travaillent pour un salaire inférieur à 840 €.[...]


Les gens hurlent sur l'augmentation du SMIC, et pensent au taux plein. Mais jamais au temps partiel imposé, soit environ 800 €/mois. Certaines femmes ont 1, 2, ou 3 enfants, avec ce salaire, sans pension alimentaire très souvent.
Mais le décroissant est malthusien : "salauds de pauvres, pour ne pas dire salopes !"
[/quote]

Tu disais "toucher le SMIC", là tu change de sujet, tu parles de toucher moins que le SMIC....
- Mais le SMIC n'est il pas un salaire horaire ????

Les gens hurlent sur l'augmentation du SMIC, comme ils hurlent sur Free, peut être tout simplement parcequ'il réfléchissent, et que ces rustines ne font qu'empirer le chômage.

Bon après, moi je suis contre le travail, alors le chômage fondamentalement je ne trouve pas ça catastrophique, mais pour tous les drogués au modernisme, oui c'est un drame humain. Comme disait le suppôt de Malthus, Serge Latouche, "une société basée sur la croissance sans croissance, c'est le drame".
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 25/06/2012, 22:11    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Alter Egaux a écrit:
postdave a écrit:
Pour les 20% de ménage les plus pauvres, le poids de l'alimentation est passé de 35% (en 1979) à 17% en 2006. CQFD. (http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=bdf06#a03)

En comparaison de la part du logement ?
C'est bien ce que je dis, on peut faire dire n'importe quoi à un chiffre hors sol. La nourriture a baissée, mais le logement a explosé. Les besoins fondamentaux (nourriture + logement) pour un pauvre en ville est écrasé par sa part logement (et nourriture qui est plus chère). A l'opposée, un pauvre en campagne est écrasé par le budget 2 voitures, avec un logement plus accessible et une nourriture aussi moins chère (jardin et aide familial plus facile).
C'est comme si tu me disais : l'Arabie Saoudite augmente sa production, le peak oil est encore très loin. Ce n'est qu'une vue partielle, vraie sur une région, mais fausse structurellement.

C'est pour cela que la médiane, la moyenne, le pourcentile sont utilisés. Ces indicateurs sont imparfaits, mais ils servent à arbitrer.
Visiblement tu bases ta réflexion sur des exemples individuels, quand ça t'arrange. (si je te sort la stats par région, tu va me dire que ça ne vaut rien car tout dépend de la couleur des cheveux, si t'es gros ou maigre, grand ou petit, ou si tu danses le twist en club unijambiste). Tu refuses d'avouer que la bouffe coute moins cher qu'avant, que veut tu que je te dise....
Par contre quand ça sert ton propos, les stats du nombre de femmes au SMIC (qui au final sont en dessous du SMIC après coup), sont complètement valides, et ne souffrent aucune remise en question. (combien touchent elles d'aides sociales, APL, allocation logement, allocation parent isolé que ne touchent pas leurs collègues à plein temps ?). Alors qu'il y a une erreur de débutant à la base, considérant le SMIC comme un salaire mensuel....
Typique de ceux qui n'ont à la fois jamais fait une fiche de paye, ni même touché le SMIC..... Mais qui sont riches en leçon pour les autres.

Enfin bon, retenons que tu as la solution à tous les problèmes de la société technoscientiste, et qui reviens à tort et à travers dans n'importe lequel des débats et qui semble être ton leitmotiv pour permettre de me contredire sur tous les sujets même ceux qui n'ont rien à voir : Hausse du SMIC, et hop la monde est sauvé. Le bonheur, c'est simple comme un chèque en bois.
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 26/06/2012, 05:30    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

postdave a écrit:
Tu refuses d'avouer que la bouffe coute moins cher qu'avant, que veut tu que je te dise....
Par contre quand ça sert ton propos, les stats du nombre de femmes au SMIC (qui au final sont en dessous du SMIC après coup), sont complètement valides, et ne souffrent aucune remise en question. (combien touchent elles d'aides sociales, APL, allocation logement, allocation parent isolé que ne touchent pas leurs collègues à plein temps ?). Alors qu'il y a une erreur de débutant à la base, considérant le SMIC comme un salaire mensuel....


Tout à fait ; c'est mon cas, seul avec deux enfants et un mi-temps (86h/mois), 777€net, plus quasiment 700€ de complément RSA et autres allocs, plus presque 400€ d'APL, la CMU, la prime à l'emploi,... Je suis bien moins à plaindre qu'un parent isolé à temps plein, et en plus j'ai du temps à passer avec mes enfants, ou à bricoler, etc.
Je me considère comme un privilégié, d'ailleurs pour la première fois je n'ai plus aucun problème d'argent.
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 26/06/2012, 05:49    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

postdave a écrit:
C'est pour cela que la médiane, la moyenne, le pourcentile sont utilisés. Ces indicateurs sont imparfaits, mais ils servent à arbitrer.

Arbitrer pour les riches et pour les pauvres, sur une base de moyenne ? Et bien non. J'ai fait des stats lors de mes études, et une courbe médiane en statistique est au minimum associé à l'écart type comme mesure de la dispersion autour de la moyenne. Sinon, la moyenne ne veut absolument rien dire, en dehors d'un indicateur généralisé mais totalement imparfait.

postdave a écrit:
Tu refuses d'avouer que la bouffe coute moins cher qu'avant, que veut tu que je te dise....

Je dis juste que la nourriture n'est pas le seul besoin fondamental. Se nourrir moins cher ne résout en rien les problématiques des "pauvres". En d'autres termes, les SDF des pays riches ne font pas long feu sur Terre.

postdave a écrit:
les stats du nombre de femmes au SMIC (qui au final sont en dessous du SMIC après coup)

Cela me rappelle notre discussion sur les (travailleurs) "sans papier" : tu avais découvert qu'ils travaillaient. Le SMIC est un smic horaire. Eh oui, il y a des gens qui touchent moins que le SMIC mensuel, de façon imposée.

postdave a écrit:
Alors qu'il y a une erreur de débutant à la base, considérant le SMIC comme un salaire mensuel.... Typique de ceux qui n'ont à la fois jamais fait une fiche de paye, ni même touché le SMIC..... Mais qui sont riches en leçon pour les autres.

Tout à fait : erreur de débutant est bien le fait de considérer le SMIC mensuel en omettant qu'il est horaire.
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 26/06/2012, 05:57    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Ramite a écrit:
postdave a écrit:
Tu refuses d'avouer que la bouffe coute moins cher qu'avant, que veut tu que je te dise....
Par contre quand ça sert ton propos, les stats du nombre de femmes au SMIC (qui au final sont en dessous du SMIC après coup), sont complètement valides, et ne souffrent aucune remise en question. (combien touchent elles d'aides sociales, APL, allocation logement, allocation parent isolé que ne touchent pas leurs collègues à plein temps ?). Alors qu'il y a une erreur de débutant à la base, considérant le SMIC comme un salaire mensuel....

Tout à fait ; c'est mon cas, seul avec deux enfants et un mi-temps (86h/mois), 777€net, plus quasiment 700€ de complément RSA et autres allocs, plus presque 400€ d'APL, la CMU, la prime à l'emploi,... Je suis bien moins à plaindre qu'un parent isolé à temps plein, et en plus j'ai du temps à passer avec mes enfants, ou à bricoler, etc.
Je me considère comme un privilégié, d'ailleurs pour la première fois je n'ai plus aucun problème d'argent.

Ramite, tu es un homme et tu vis dans une région où le logement est probablement à un prix raisonnable, ainsi que tes horaires et ton temps de transport. Sans parler de la nourriture que tu produis. Bref, tout le contraire d'une smicarde à temps partiel, qui représente 85% de ton cas.

Et c'est moi qui prends des cas atypiques pour en faire une généralité, alors que Postdave utilise une moyenne sans écart type ? Mort de Rire

Désolé d'avoir un minimum de féminisme, les mecs. Mr. Green
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 26/06/2012, 06:22    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Alter Egaux a écrit:

Ramite, tu es un homme et tu vis dans une région où le logement est probablement à un prix raisonnable, ainsi que tes horaires et ton temps de transport. Sans parler de la nourriture que tu produis. Bref, tout le contraire d'une smicarde à temps partiel, qui représente 85% de ton cas.

Et c'est moi qui prends des cas atypiques pour en faire une généralité, alors que Postdave utilise une moyenne sans écart type ? Mort de Rire

Désolé d'avoir un minimum de féminisme, les mecs. Mr. Green


Je ne vois vraiment pas le rapport avec le féminisme ou bien le fait que je sois un homme. C'est toi qui fait de la discrimination : je suis un homme, donc je suis un cas atypique. Et bien non, ça ne change rien, le travail à faire est le même, voire plus difficile, parce qu'en plus du ménage et de la bouffe à la maison, la journée je fais de la maçonnerie au boulot, au lieu de faire encore du ménage.

de plus, cette année je n'ai pas fait de jardin, j'achète ma bouffe en intégralité, majoritairement en bio, mis à part quelques restes de légumes congelés de l'année dernière.

Le logement est au même prix dans ma région pour un homme ou pour une femme, tout comme les allocs, et entre l'école et le boulot, j'ai deux heures de route par jour. Il me semble que la moyenne en IDF est de 3H/jour, pas beaucoup plus. En plus je ne me déplace pas pour 8h de boulot mais pour 6.

Il n'empêche, tu peux me sortir tous les arguments que tu veux, mais je suis d'avantage privilégié qu'une personne dans la même situation mais qui bosse avec un smic à temps plein.

Là où je bosse, je côtoie une dizaine de femmes qui sont dans la même situation, elles se plaignent comme moi parce que c'est épuisant moralement d'être seul et d'avoir seul la responsabilité des enfants, mais elles ne se plaignent jamais de ne pas pouvoir bouffer, tout comme moi.
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 26/06/2012, 06:43    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Alter Egaux a écrit:

Ramite, tu es un homme et tu vis dans une région où le logement est probablement à un prix raisonnable, ainsi que tes horaires et ton temps de transport. Sans parler de la nourriture que tu produis. Bref, tout le contraire d'une smicarde à temps partiel, qui représente 85% de ton cas.

Et c'est moi qui prends des cas atypiques pour en faire une généralité, alors que Postdave utilise une moyenne sans écart type ? Mort de Rire

Désolé d'avoir un minimum de féminisme, les mecs. Mr. Green


Tu le fais exprès, je parle de centile, mais bon, les statisticiens de l'INSEE, quand il ne vont pas dans ton sens, tu es près à toutes les cabrioles pour camper sur tes positions.

Quant à la saillie sur le féminisme, je me marre tant l'attaque hors sujet est grossière.

Après etre accusé d'être le défenseur des riches, d'être malthusien, d'être phallocrate, je me demande ce qui va me tomber dessus. Ce topic est un cas d'école illustrant ton attitude exécrable dans un débat contradictoire. M'enfin bon....
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 26/06/2012, 06:57    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

La seule différence entre une smicarde gersoise qui travaille à mi-temps et une banlieusarde qui travaille à paris dans les mêmes conditions, c'est que la gersoise vit dans un département où le salaire moyen est égal au smic+100€, alors que la banlieusarde travaille au milieu de riches parisiens, passe tous les jours devant des boutiques de luxe, croise des femmes qui portent un sac à main d'une valeur de deux smics ou un fils à papa dans une belle bagnole, qu'elles n’intéresseront jamais. Elles se sentent pauvres, mais en réalité ne le sont pas.

Sur ce coup-là, tu es vraiment de mauvaise foi, Alter.
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 26/06/2012, 19:16    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

postdave a écrit:
Quant à la saillie sur le féminisme, je me marre tant l'attaque hors sujet est grossière.

Le smiley suivant n'a pas dû suffire.
Alter Egaux a écrit:
Désolé d'avoir un minimum de féminisme, les mecs. Mr. Green


Alter Egaux a écrit:
tu es près à toutes les cabrioles pour camper sur tes positions.

Nous ne sommes tout simplement pas d'accord sur la définition des besoins fondamentaux. Là où tu parles uniquement de nourriture, je parle de ses besoins là.

Le logement est devenu un « poste » important, mais non homogène suivant sa géolocalisation. Dans les villes, c’est devenu le poste par excellence.

Logement et conséquences (temps trajet) :
En effet, le top est d’être au centre ville, mais le prix à payer est énorme, en locatif et à l’achat. Résultat, les personnes n’ayant pas le budget se sont éloignées des lieux de travail. 45 min aller de transport en commun. Parfois 1h30 aller. Soit 3 heures aller retour, si tout va bien (grève, suicide sur la voie, incident technique…). Un facteur hautement stressant, notamment pour les mamans qui courtent le soir aller chercher leur enfant.
Cas des temps partiels imposés :
Essentiellement des métiers de services, et dans le commerce. Les horaires sont donc tardifs, avec des durées de transport plus important. En effet, les trains de banlieue sont peu nombreux passés les horaires de bureaux, mais c’est justement à ce moment là où les femmes de ménage agissent dans les bureaux, pour finir à des horaires très tardifs.

Effets induits :
Ses horaires décalés compromettent une vie de famille équilibrée. C’est en effet à 17h que les enfants rentrent de la crèche (école ou collège), alors que leur mère s’en vont travailler (ou sont au travail pour les temps partiels dans le commerce, fermant tard le soir).
Pire : si les enfants sont en bas âge, et donc peu autonome, la difficulté de les faire garder est une mission insurmontable sans aide familial. Le prix d’une nounou est hors budget. Les enfants sont souvent laissés à eux mêmes. Sans parler des devoirs le soir, la vie de famille est totalement brulée.
Bref, on peut très bien penser que 800 €/mois, c’est Byzance en province, notamment avec un loyer ultra modéré et un grand terrain pour y faire pousser ses légumes (malgré la dépendance aux voitures), mais la réalité en ville est que c’est de la survie.
La fracture est de toute façon en train de se faire, entre la campagne et la ville :

Campagne :
Plus de service public, pas de transport en commun, dépendance aux véhicules individuels, mais logement peu cher, chauffage bois facilité, temps de trajet raisonnable, temps familial confortable, budget nourriture réduit (entraine, jardin, famille).
Ville :
Niveau des services publics de haut niveau, transport en commun important, mais prix explosif sur les logements proches des gares et métros, budget nourriture incompressible (hors restos du cœur), budget transport en commun incompressible (prix d’une carte orange par mois 5 zones : 110 €), temps de transport incompressible.

Nous ne sommes pas d'accord. Ok. J'ai une vision des 2 expériences. J'ai vécu autant de temps en Ile de France qu'en campagne. L'un et l'autre ont des qualités, et des défauts. Mais les contraintes en terme de logement pèse maintenant très fortement sur le budget. Un jour viendra où l'essence pèsera tout autant. Qui sait...
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 26/06/2012, 19:23    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Ramite a écrit:
Sur ce coup-là, tu es vraiment de mauvaise foi, Alter.

Tu parles de perception. Pourquoi pas, alors...
Argumentaire :

La perception de Ramite est intéressante. Le presque mi temps te permet d'accorde à tes enfants un temps confortable. La rémunération est effectivement complétée par la Prime pour l’emploi (PPE créée en 2001), et l’instauration du Revenu de solidarité active (RSA créé en juin 2009). Sans aucun doute, le smicard a temps partiel a boosté son pouvoir d'achat par les aides de l'Etat, à condition que son logement ne lui coupe pas une jambe.


Source.

La réalité est que ton cas est une exception : la majorité des travailleurs pauvres sont des salariés à temps partiel travaillant dans les secteurs de la restauration rapide et les entreprises de propreté, à hauteur de 69% (service). Et donc à des horaires décalés par rapport aux retours des enfants de la crêche/écoles/collèges.
Ta perception est donc positive, au vu du temps que tu accordes à tes enfants, mais est un piège pour la plupart des autres employés à temps partiel imposé.

D'ailleurs, ton temps partiel est il choisi, cas rarissime dans le marché de l'emploi ?

Je connais bien ce point ci car exceptionnement, ma femme a choisi un temps partiel et se bat pour le garder depuis de nombreuses années (4/5eme). Ses collègues feminines la jalousent mais en même temps, ne veulent (peuvent ?) pas abandonner 20% de salaire si facilement.

La perception est donc un libre choix : pas forcément le choix du métier et du salaire horaire, mais le choix de son temps partiel, au regard de ses contraintes familiales et environnementales (trajet/logement).

En d'autres termes : Ramite, tu te sens tout simplement "libre" pour avoir pû choisir ce temps partiel, à l'instar de ma femme.Ce que je comprends à 200%. Mais que je sais aussi relativiser par rapport aux autres situations bien plus difficiles du point de vue "libre choix".
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 26/06/2012, 19:50    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie Répondre en citant

Personne n'a contesté le fait que le logement avait augmenté et que la répartition géographique était un facteur important.

Je conteste l'allégation facile disant que unilatéralement le cout des besoins naturels à augmenter dans le temps. Pour le cout du logement ça a augmenté de manière indiscutable, je l'ai dit en premier dans ce fil.....

Il reste qu'un employé touchant 700 euros peut être nettement au dessus du SMIC, et être très heureux avec les aides existantes, du moment qu'il s'épanoui dans la sobriété volontaire (notamment en gadget électronique et sorties onéreuses en préférant les sorties gratuites).
La pauvreté est relative à l'autre, Ramite à complètement raison de dire qu'en zone rurale, les tentations sont moindre, et donc la souffrance de ne pas posséder est faible. Ton cas particulier est édifiant, la nana en question aime les fringues, les sorties payante (alors que le Louvre est gratuit aux étudiants il me semble), et se veut au final une parfaite petite consommatrice citadine, un modèle qui on le sait n'est de toute façon pas soutenable au niveau de la planète.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:50    Sujet du message: [Débat] SMIC et énergie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Bienvenue sur le forum Transition -> Le bistrot des transitionnistes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation