Index du Forum


Résilience : Capacité d'une famille, d'un groupe ou d'une structure à s'adapter et rebondir suite à un choc violent.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ou s'arrête et commence le survivalisme ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Bienvenue sur le forum Transition -> Le bistrot des transitionnistes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jon
Président

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2011
Messages: 207
Localisation: Nord-ouest de la France

MessagePosté le: 19/12/2012, 21:01    Sujet du message: Ou s'arrête et commence le survivalisme ? Répondre en citant

-- suite d'une discussion dans un autre topic avec Ramite Wink --

Ramite a écrit:
Si demeurer un survivaliste à long terme est une tendance asociale et égoïste, en passer temporairement par le survivalisme est nécessaire. C'est comme de faire un stage de secourisme : on peut ne jamais en avoir besoin, mais le jour où cela nous arrive, on retrouve tout de suite les réflexes, on évite la panique, voire on peut avoir des gestes cruciaux ou vitaux. C'est la même chose avec le survivalisme : l'avoir été nous permet d'avoir anticipé de telles situations, d'y avoir réfléchi, et ainsi de pouvoir détenir les bons réflexes au bon moment.
Aujourd'hui, j'ai peu de stocks chez moi, mais je connais de nombreux producteurs locaux chez qui me fournir à pied ou en vélo, avec lesquels échanger autrement qu'en monnaie si besoin, je sais où me procurer de l'eau, du bois pour le chauffage, etc, et j'ai également échangé à ce sujet avec de nombreux amis, dont je connais aujourd'hui les qualités et les connaissances spécialisées dans tel ou tel domaine, et eux connaissent les miennes. Le jour où les choses se gâtent dangereusement, j'aurais besoin de peu de temps pour me préparer, et de peu de choses ou d'argent. Et je saurais réagir vite.
La connaissance, le mental, c'est déjà au moins 50% de la préparation. Ensuite seulement viennent l'entrainement, les savoirs-faire, et les stocks de denrées et de matériel.


Je ne suis on ne peut plus d'accord avec ta position ... Je me retrouve franchement dans ce que tu évoques ... Je me suis plongé dans le survivalisme depuis quasi 2 ans maintenant, soins, BoB et tutti quanti, et tous les principes que j'ai rencontré m'ont apporté beaucoup, mais ont surtout été une excellente nourriture à réflexion ... Cette exploration m'a amené aux conclusions suivantes :

* Le stock de nourriture ne sera qu'un maigre répit (j'ai un stock d'1 mois en rotation environ) mais ça peut servir si tu es en panne d'huile ou de café ! (nos anciens stockaient certainement autant que nous, et d'une bien meilleure façon) Je suis moi aussi, bien entouré par des producteurs et artisans et je sais ou me procurer de la nourriture si nécessaire, quitte à participer à sa fabrication ou sa récolte ... Mieux : Produire sa nourriture au lieu de se ruiner en boites de conserves pas très bonnes et exsangues de vitamines au bout de 2 ans.

* Parcourir des manuels de premiers soins et de médecine m'ont appris beaucoup de choses ... Encore une fois ... Je ne vois pas l'intérêt de stocker des médicaments, souvent néfastes aussi (c'est le revers de la médaille) et qui seront très vite périmés. Stocker du matériel de premiers soins et l'apprivoiser est une bonne chose, mais je ne suis pas pour collectionner du périssable à cours terme ... Une trousse de survie étendue et de bonnes connaissances peuvent apporter beaucoup ...

* La défense. Je le disais précedémment, j'étais d'ailleurs d'accord avec postdave : L'arme a feu est optionnelle ...
Elle peut malheureusement être EXTRÊMEMENT utile ! voir salutaire dans une poignée de cas ...
Mais étant père de famille, je crois qu'elle peut surtout être dangereuse dans la maison. Que risque-t-il le plus d'arriver :
1) Une attaque de hordes de vandales affamés et/ou zombies
2) Un des mes ado fasciné par l'interdit (hem ... qui dira le contraire) qui s'empare de l'outil ...
Il s'agit donc d'être pragmatique en la matière ...

En bref, ... Je le répète, pour ma part, le terme "survivaliste" utilisé dans nos médias n'est pas adapté ... Alors oui, nous nous "préparons" certainement à l'autonomie ...
Mais pas nécessairement dans le but de "survivre" aux autres ... J'ai tranché ... et aujourd'hui je boude cette appellation dans la mesure ou je me tourne beaucoup plus vers les outils du passé que dans les magasins de matériel survivaliste.
_________________
Jon, anciennement Eldherin ...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19/12/2012, 21:01    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 20/12/2012, 07:09    Sujet du message: Ou s'arrête et commence le survivalisme ? Répondre en citant

C'est pratiquement une introduction au néo survivalisme.

Citation:
Le néosurvivalisme ou les « preppers »

Plus récemment, le besoin d'être simplement prévoyant de la part de certains individus8 ainsi que de se distancier des connotations sectaires, extrémistes9, et/ou ultra-individualistes10 collant au survivalisme, en particulier aux États-Unis, a donné naissance au terme « prepper » (de prepping11 : diminutif informel de « se préparer »).

Ainsi des réseaux de « preppers » ont vu le jour au Canada et aux États-Unis (comme l'American Preppers Network12). Ces développements ont conduit Gerald Celente, le fondateur du « Trends Research Institute » à relever l'émergence de ce qu'il appelle le Néosurvivalisme. Il définit ce phénomène dans une interview accordée à Jim Puplava en décembre 2009 :

«(dans) les années '70, la seule chose que l'on voyait était un seul élément du survivalisme : la caricature, le gars avec son AK-47, se dirigeant vers les collines avec assez de munitions, de porc et de haricots pour traverser la tempête. Le Neosurvivalisme est très différent de ça. On observe des citoyens ordinaires, prenant des initiatives futées, se diriger dans un sens intelligent afin de se préparer au pire. (...) Il s'agit donc d'un survivalisme de toutes les façons possibles : cultiver soi-même, être auto-suffisant, faire autant que possible pour se débrouiller aussi bien que possible par soi-même. Et cela peut se faire dans des zones urbaines, semi-urbaines ou à la campagne. Cela veut dire également : devenir de plus en plus solidement engagé avec ses voisins, son quartier. Travailler ensemble et comprendre que nous sommes tous dans le même bain. Le meilleur moyen d'avancer c'est en s'aidant mutuellement.(...)»

Selon une étude de Bertrand Vidal13, une évolution du survivalisme s'est bien produite au début du XXIe siècle : « si au départ l’on pouvait dire qu’il existe une unique population survivaliste qui pouvait se définir racialement, politiquement, économiquement et autres, aujourd’hui le mouvement est protéiforme, multiple, trans-générationnel. Tout le monde peut, un jour, devenir survivaliste ».

« Le « prepper », s’il ne diffère pas du survivaliste quant aux pratiques mises en œuvre pour la survie (...), la préparation au pire se présente plutôt comme un mode de vie, une attitude quotidienne que comme un moyen de survie ».

L'étude cite le survivaliste français Vol West, vivant aux États-Unis : « Quand je stocke six mois de nourriture comme le faisaient nos ancêtres, ce n'est pas dans l'anticipation de la fin du monde, mais bien dans une intention d'indépendance face à un système juste-à-temps. ».
http://fr.wikipedia.org/wiki/Survivalisme#Le_n.C3.A9osurvivalisme_ou_les_.C…

L'intention de se protéger du système "juste-à-temps" s'approche de la notion essentielle de résilience, utilisée par des idéologies très contradictoires en ce moment (autant par la stratégie de choc que par les décroissants).

A mon avis, définir qui nous sommes par rapport au survivalisme, c'est définir la notion de résilience d'un point de vue court, moyen et long terme. Pour résumer, définir notre stratégie de résilience.
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett


Dernière édition par Alter Egaux le 20/12/2012, 07:53; édité 2 fois
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 20/12/2012, 07:23    Sujet du message: Ou s'arrête et commence le survivalisme ? Répondre en citant

Alter Egaux a écrit:
A mon avis, définir qui nous sommes par rapport au survivalisme, c'est définir la notion de résilience d'un point de vue court, moyen et long terme. Pour résumer, définir notre stratégie de résilience.

Okay
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jon
Président

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2011
Messages: 207
Localisation: Nord-ouest de la France

MessagePosté le: 20/12/2012, 21:19    Sujet du message: Ou s'arrête et commence le survivalisme ? Répondre en citant

C'est vrai ... L'unité de temps est peut être le curseur ....
Je ne pense d'ailleurs pas que tous ce qui se prétendent "survivalistes" soient pour autant dans une recherche de résilience....
_________________
Jon, anciennement Eldherin ...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:25    Sujet du message: Ou s'arrête et commence le survivalisme ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Bienvenue sur le forum Transition -> Le bistrot des transitionnistes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation