Index du Forum


Résilience : Capacité d'une famille, d'un groupe ou d'une structure à s'adapter et rebondir suite à un choc violent.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Séries] Post catastrophes
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Tensions et risques de rupture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 08/03/2013, 15:00    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Les séries TV se multiplient, développant des scénariis post apocalypses.

Voici un exemple : Révolution, développant un monde l'arrivée soudaine d'un black out électrique total. Le scénario "Simon du Fleuve" y est repris : communautés agricoles sur leur garde, milices armées, etc...
Mais avec des failles dans le scénario : que sont devenues les centrales nucléaires...



Citation:
Revolution
Le monde bascule dans une ère sombre lorsque l'électricité cesse soudainement de fonctionner. Sans technologie moderne, les hôpitaux, les transports et les moyens de communication ne sont plus opérationnels. La population doit réapprendre à vivre...
15 ans plus tard, la vie a repris son cours. Lentement. Sereinement ? Pas vraiment. Aux abords des communautés agricoles qui se sont constituées, le danger rôde. Et la vie d'une jeune femme est bouleversée lorsque la milice locale débarque et tue son père, qui semble être mystérieusement lié au blackout. Ces révélations l'amènent à se mettre en quête de réponses sur le passé, dans l'espoir d'un futur meilleur.

D'autres séries s'orientent plutôt vers des scénariis survivalistes, développant le concept de zombies (virus génétique), où les "autres" ne sont pas humains, développant le concept que l'autre est un enemi (amoralité).

Les limites des ressources approchants à grands pas, Hollywood prépare t il les esprits ?
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 08/03/2013, 15:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Crevette
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2010
Messages: 609
Localisation: Finistère Phare-Ouest

MessagePosté le: 11/03/2013, 21:09    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Merci.

Je suis assez d'accord avec toi sur la préparation des esprits inconscients.
Malheureusement, elle ne met pas vraiment le focus sur les conséquences immédiates d'un black out. Il se passe 15 ans entre le black out et la période narrée par la série.
Dans la série, ils ont l'air de croire que si on remet le jus, toute l'armada électrique et électronique ne subit pas le vieillissement et l'absence d'entretien, l'humidité, et que si on peut remettre le jus comme ça tout sera comme avant, 15 ans après.

Certes, c'est une fiction et je chipote.
La série à le mérite de montrer notre dépendance...

Je ne suis pas sûr que ça marche autant que Lost, parce que la qualité est nettement en dessous.
_________________
La nature, c'est ce que nous sommes, et tout ce que nous avons.
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 12/03/2013, 09:54    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Crevette a écrit:
Malheureusement, elle ne met pas vraiment le focus sur les conséquences immédiates d'un black out. Il se passe 15 ans entre le black out et la période narrée par la série.

Tout à fait. Ils passent très vite sur les conséquences d'un effondrement énergétique sur la démographie, mais y reviennent par flash back, très succinctement. Mais en gros, les villes perdent une grande partie de la population, et ceux qui survivent sont à la campagne. Comme je le disais, rien sur les centrales nucléaires. On le sait depuis Fukushima, en cas de black out électrique de la salle de contrôle, si le condenseur n'est pas correctement utilisé (fonctionne sans électricité), les réacteurs nukes rentrent en fusion, voire font exploser l'enceinte comme à Tchernobyl.
On peut imaginer que en France, en cas de fusion de 58 réacteurs nucléaires français, les dégâts environnementaux irréversibles pour la population survivante. N'oublions pas la présence de MOX (plutonium).



Crevette a écrit:
Dans la série, ils ont l'air de croire que si on remet le jus, toute l'armada électrique et électronique ne subit pas le vieillissement et l'absence d'entretien, l'humidité, et que si on peut remettre le jus comme ça tout sera comme avant, 15 ans après.

Sur ceux, c'est assez bien fait, puisque rien ne fonctionne...

Crevette a écrit:
Je ne suis pas sûr que ça marche autant que Lost, parce que la qualité est nettement en dessous.

11 millions de téléspectateurs pour la première aux USA, et 8 millions de téléspectateurs par épisode pour les suivants, pour Revolution.
16 à 20 millions de téléspectateurs pour LOST (1er saison en 2004).
Mais attention, les spectateurs sur le NET ne sont pas comptabilisés, comme actuellement, le public français peut visionner cette série sur des sites pirates avec les sous titres.

Le défaut essentiel de LOST (que je n'ai pas suivi), c'est la survie sur une île, en lieu clos. L'aspect continental est bien plus réaliste dans Révolution, avec la dégradation des villes, le conflit Communautés vs milices (paysannerie vs service).



Enfin, un aspect psychologique des miliciens y est correctement abordé : les plus violents sont souvent des anciens frustrés de la civilisation passée, qui, lorsque les verrous civilisationnels sautent, prennent la violence pour régler leur compte avec le passé, et surtout leur permettent de s’octroyer une place de choix dans la nouvelle pyramide décisionnelle.
En gros, les ex-matons sont vite remplacés par les nouveaux. Un esprit bien présent chez les survivalistes : souhaiter l’éclatement d’une civilisation pour y remettre un ordre « naturel » violent.
Les viols sont d’ailleurs à peine abordés. Mais il ne faut pas se faire d’illusion en cas d’effondrement…
Mais pour l'instant, rien n'a pu dépasser le scénario "Simon du Fleuve", puisque même les centrales nucléaires françaises y sont abordées.

Une des critiques que je ferais de cette série, c'est que sans électricité, les gens restent bien rasés, bien propres, bien épilés, bien habillés (on dirait qu'ils sortent d'un défilé de prêt à porter décontracté, confortable et élégant). On a compris qu’ils chassent pour se nourrir, et que les communautés paysannes cultivent des légumes, mais ils ne semblent pas souffrir de la faim, même en se déplaçant. Il y a même une personne grosse, qui après 15 ans d'un régime imposé, semble sorti de nulle part.
Comique. Sur les tenues vestimentaires, « The road » est bien plus réaliste.
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett


Dernière édition par Alter Egaux le 03/04/2013, 21:59; édité 2 fois
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 12/03/2013, 14:56    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Je trouve pour ma part assez dangereux ce genre de séries, qui va créer un délire survivaliste encore plus grand chez les personnes fragiles. Le délire survivaliste entraine dépression, consommation de gadgets survivalistes (appauvrissement), a-sociabilité et finalement fragmentation de la société.

Les gens qui ont peur ne se révoltent pas, ce sont ceux qui n'ont rien à perdre. Et ce genre de série à large audience permet de dicter ce que serait l'avenir apocalyptique, avec un parti pris évident. Cela contribue a inciter les gens à préférer l'ordre à la liberté, et même d'avoir peur de toute forme de liberté.
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 20/03/2013, 09:22    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Voici une autre série, The Walking Dead (Saison 1 - Saison 2 - Saison 3).
Serie d'horreur, assez gore.

Fiche Wiki : The Walking Dead

Citation:
La série compte actuellement trois saisons, composée de 6 épisodes pour la première, de 13 pour la seconde, et de 16 pour la troisième actuellement en cours de diffusion. Une quatrième saison est prévue pour la diffusion à l'automne 2013.

La série se concentre sur Rick Grimes, un adjoint de shérif, qui découvre après un long coma que la quasi-totalité de la population a été transformée en zombis, lesquels sont appelés « rôdeurs » (« walkers » en anglais).


La chronologie de l'effondrement via l'épidémie :
Citation:
Jour 1 : début constaté et reconnaissance de l’épidémie. Le premier patient atteint est nommé Wildfire. L'épicentre est inconnu, on sait seulement qu'il se situe sur le territoire des États-Unis, vraisemblablement dans un centre important de population, tel qu'une grande ville.
Le gouvernement mobilise l'armée et les services gouvernementaux les plus variés (police, hôpitaux, CDC, FEMA, médias d'informations) pour informer, secourir, évacuer et protéger les populations civiles à travers le pays. (Rappel : les États-Unis comptent alors environ 310 millions d'habitants)
Jours 2 à 62 : la maladie s'étend très vite et inexorablement à travers le pays. Les autorités décident peu à peu de regrouper la population dans les grandes villes, telles Atlanta ou Washington D.C afin de mieux protéger les citoyens.
Jour 63 : après 2 mois, la pandémie devient brusquement mondiale, ne touchant plus seulement les États-Unis mais le monde entier.
Jours 64 à 193 : le pays sombre totalement dans le chaos. L'armée comme la population connaissent des pertes titanesques de façon très rapide et violente, parfois de l'ordre de 90 ou 95 pour cent des effectifs d'une unité ou d'une ville. Les grandes villes et les centres de population sont submergés et anéantis malgré le déploiement total des moyens militaires et à la disposition des autorités.
Jour 194 : les États-Unis sont dévastés depuis maintenant plusieurs mois, le gouvernement et l'armée ont disparu, et des dizaines de millions d'Américains meurent ou se transforment en zombis.
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Walking_Dead_(série_télévisée)#Histoire_de…

Le principe survivaliste du "zombi" est largement central dans cette série.
En gros, le monde s'est effondré suite à l'arrivée inexpliquée d'un virus transformant les morts actuels en zombie. Si les zombis mordent un vivant, la transformation est rapide. Tous les vivants sont infectés, c'est à dire que s'ils meurent, ils se transforment eux-mêmes en zombis.
L'effondrement est assez instantané, les gouvernements sont dépassés, disparaissent, l'armée est débordée.
La seule façon de tuer un zombi est de détruire son cerveau.

La nourriture y est encore assez abondante, car la panique a été immédiate, soudaine et rapide. L'essence est relativement facile à trouver dans les voitures abandonnées.
Des groupes se constituent, très méfiants entre groupes, et entre eux.

Saison 1 : Vers Atlanta.



Le héros va tenter (et réussir) à retrouver sa famille près d'Atlanta. Mais la ville est chaotique, avec une concentration inouïe de zombis. Le premier groupe se constitue, et les problématiques de combat de chefs, de sécurité, d'approvisionnement de nourriture et d'outils et d'arme sont abordées.
La psychologie de groupe y est largement abordé : solidarité, conflit, chef, tactique et stratégie, le deuil (et la transformation après la mort). Les pertes humaines sont quotidiennes. Le suicide est abordé. Le monde entier s'est effondré, devant l'épidémie, et les laboratoires semblent avoir été débordés : perte des scientifiques, perte de l'autonomie électrique des laboratoires.
Le groupe dans le dernier épisode est obligé de se déplacer, assaillis par un ordre de zombis. La stratégie de vivre aux abords d'une grande ville est abandonné.

Saison 2 : La ferme.



Le groupe de la saison 1 (diminué) se retrouve dans une ferme, tenu par un autre groupe (une famille). La méfiance et la cohabitation s'installe, mais avec des conflits récurrents (leadership) entre les 2 groupes, et entre les individus d'un même groupe.
La ferme semble assez préservée des zombis, mais le ravitaillement est obligatoire et souvent dangereux (armes, balles, essence, médicaments). Les techniques pour abattre les zombis sont largement améliorées et le groupe n°1 monte largement en compétence lors de cette relative accalmie. La médecine en tant que problématique primordiale est largement abordée dans cette saison, pour soigner des blessures. Enfin, le meurtre et l'autodéfense y sont abordés. La notion est à géométrie variable, si elle compromet la survie du groupe. Les enfants deviennent vite "adultes", quand ils ne deviennent pas zombis. L'humanité des survivants est remise en cause.
Le point de chute s'effondre à la fin de la saison devant l'arrivée d'une horde de zombis, mais les 2 groupes fusionnent et s'échappent ensemble, après de grosse perte humaine, malgré la préparation.

Saison 3 : La prison.



Les 2 groupes fusionnés des 2 premières saisons arrivent dans une prison. Le lieu semble presque idéal mais lugubre et déjà en partie occupé : nombreux zombis, quelques ex-détenus survivants. Les clôtures permettent de garder à distance les zombis. Les miradors sont aussi des plateformes utiles.
La zone est "nettoyée", et le conflit entre le groupe et les ex-détenus est assez vite réglé dans le sang. Le groupe semble de mieux en mieux préparé, mais les pertes humaines continuent.
Une femme est enceinte, entrainant une nouvelle problématique : accouchement, survie du nouveau-né.
Un vieil homme est amputé immédiatement après avoir été mordu par un zombi, et survit malgré cela.
La folie et la stabilité mentale en mode "survie" y sont abordées, notamment pour le "chef", soumis à une pression constante et continue.
Le groupe rentre en conflit avec un groupe (plus nombreux) vivant dans une ville plus ou moins fortifiée à proximité. Enlèvement, torture, assassinat, négociation, tactiques pour déstabiliser le groupe n°1, solidarité entre les membres, perversion du chef de la "ville fortifiée", conflit de ressources et de territoires sont en train de compromettre le point de chute "prison".
L'issue semble fatale : la "guerre".
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 27/03/2013, 08:00    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

postdave a écrit:
Je trouve pour ma part assez dangereux ce genre de séries, qui va créer un délire survivaliste encore plus grand chez les personnes fragiles. Le délire survivaliste entraine dépression, consommation de gadgets survivalistes (appauvrissement), a-sociabilité et finalement fragmentation de la société.

Les gens qui ont peur ne se révoltent pas, ce sont ceux qui n'ont rien à perdre. Et ce genre de série à large audience permet de dicter ce que serait l'avenir apocalyptique, avec un parti pris évident. Cela contribue a inciter les gens à préférer l'ordre à la liberté, et même d'avoir peur de toute forme de liberté.

Tu as raison, Postdave, sauf que ce sont tout de même les consommateurs qui décident de ce qu'ils veulent regarder ou pas ; il ne s'agit pas de choses que l'on veut absolument "nous faire avaler". D'ailleurs les réalisateurs sont eux aussi des spectateurs, et avec semble-t-il dans ce cas les mêmes goûts que le public.
Je pense que ce que l'on regarde est au contraire révélateur de ce à quoi les spectateurs ont envie de s'intéresser : surtout lorsqu'il s'agit de choses effrayantes, où d'une certaine manière c'est un moyen de se guérir de ses propres phobies, un catalyseur. Le développement de séries survivalistes ne prépare pas les esprits, au contraire il est le résultat de l'évolution des esprits vers la peur d'un monde survivaliste dont on essaye de se prémunir, au moins psychologiquement.
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 27/03/2013, 16:03    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Ramite a écrit:

Tu as raison, Postdave, sauf que ce sont tout de même les consommateurs qui décident de ce qu'ils veulent regarder ou pas ; il ne s'agit pas de choses que l'on veut absolument "nous faire avaler". D'ailleurs les réalisateurs sont eux aussi des spectateurs, et avec semble-t-il dans ce cas les mêmes goûts que le public.
Je pense que ce que l'on regarde est au contraire révélateur de ce à quoi les spectateurs ont envie de s'intéresser : surtout lorsqu'il s'agit de choses effrayantes, où d'une certaine manière c'est un moyen de se guérir de ses propres phobies, un catalyseur. Le développement de séries survivalistes ne prépare pas les esprits, au contraire il est le résultat de l'évolution des esprits vers la peur d'un monde survivaliste dont on essaye de se prémunir, au moins psychologiquement.


C'est bien cette question de responsabilité individuelle qui nous séparent encore, qui te font voir le libéralisme possible, et qui me le font voir comme la porte ouverte à toutes les manipulations sans garde fou....

On est dans l'addiction là mon cher Ramite, bien loin de la liberté. penses tu qu'un fumeur fasse forcément le choix de continuer à fumer, ou est ce qu'il n'est pas dépendant ?
ce choix à prendre le recul critique et d'éviter l'addiction à une drogue, une série, à la junk food, à Beyoncé, je pense qu'il existe autant que le choix qu'a un éthiopien à être au régime.

on parle bien de dépendance, c'est le concept même d'une série, qui chercher à fidéliser, et donc à tenir en dépendance ceux qui veulent savoir la suite. On ne peut pas dire que le création, et même le postulat de départ permet une liberté de choix au gens. La première liberté et la seule, c'est la faiblesse d'allumer la TV. Une fois fait, les gens de sont plus libres, flattés dans leur bas instincts, la série devient un exutoire, comme les jeux du cirque, comme le foot, le truc qui fait oublier le réel tout en déchaînant ses propres pulsions et assouvissant ses frustrations.

C'est tout l'aspect marketing que tu sembles ignorer, que ce soit dans la pub ou on utilise les neurosciences (neuromarketing), ou le concept même d'une série qui se doit d'être addictive, le but ultime c'est de priver l'individu de son libre arbitre et de sa capacité à arrêter. le publicitaire n'est pas le diable, ni le créateur de la série, il met en avant son intérêt individuel et immédiat avant l'intérêt collectif.

Et au final, je dirais que c'est presque inévitable, l'addiction est le propre de l'homme, car le désir est infini. Il faut à la fois faire prendre conscience aux gens que la poursuite dans fin du désir ne rend pas heureux, et poser des avertissements sur le message qu'envoi les séries de ce genre.

je maintiens que dans les esprits étriqués et malades de certains survivalistes, ces séries doivent conforter dans l'isolement, et dans le cerveau des gens qui n'ont pas pensé à al survie, ces séries incitent les gens à préférer l'ordre, la sécurité individuelle à la liberté et l'empathie.
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 27/03/2013, 20:48    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

postdave a écrit:
Et au final, je dirais que c'est presque inévitable, l'addiction est le propre de l'homme, car le désir est infini.

Ok avec postdave, notamment lorsque des "séries TV", gourmandes en temps de cerveaux disponibles, trainent le désir pendant 15 saisons comme "Urgences (1994-2008 + rediffusion)". Hallucinant...

Ceci dit, je relève plusieurs séries modernes traitant de l'effondrement, ce qui me parait assez nouveau...
_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 28/03/2013, 10:39    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Je ne nie pas le marketing, Postdave, mais même si une série peut être addictive, tu occultes le fait qu'elle ne soit pas seule dans son genre.
C'est exactement comme le niveau moyen de productivité : toutes les entreprises qui veulent produire doivent avoir des niveaux de productivité équivalents, autrement les prix sont trop différents, et la concurrence impossible. De même, toutes les entreprises sont obligées d'avoir un niveau moyen de marketing équivalent pour pouvoir conquérir une clientèle et la fidéliser. Et ce qui va faire le succès ou non d'un produit, c'est le petit truc en plus, la particularité qui n'a pas de prix et qui va avoir du succès ou pas. Pour un produit manufacturé, la différence est faible, un design particulier, une publicité dans l'air du temps, etc. Pour un produit artistique la différence est beaucoup plus facilement importante, entre un sujet dans l'air du temps et un autre trop précurseur ou rétro, le jeu des acteurs, la qualité du scénario et de la mise en scène, etc.
Donc, il est évident qu'on ne peut pas comparer des films ou séries à budgets trop différents, mais l'évolution des thèmes dans des séries à budgets et réalisations équivalents, et à distributions équivalentes, peut être comparée en terme de choix de consommation.
En bref, la clientèle hollywoodienne recherche de plus en plus de films catastrophistes, et désormais survivalistes. Ensuite les productions et leurs publicitaires y répondent par leurs techniques de production et commercialisation, marketing inclus.
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 28/03/2013, 10:50    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Le problème de ta vision de l'économie dominée par l'offre, c'est que c'est la même que celle des capitalistes qui disent que pour pour relancer l'économie il faut faire une politique de l'offre, càd donner du pouvoir à ceux qui ont les moyens de produire. Tu as la même vision qu'eux, mais tu y fais un choix différent, opposé. Et par là tu les légitimes tout autant.
Je préfère encore la vision keynésienne qui vise à relancer l'économie en soutenant la demande, même si moi aussi, en bon décroissant je m'y oppose.
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 29/03/2013, 11:35    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Ramite a écrit:
Le problème de ta vision de l'économie dominée par l'offre, c'est que c'est la même que celle des capitalistes qui disent que pour pour relancer l'économie il faut faire une politique de l'offre, càd donner du pouvoir à ceux qui ont les moyens de produire. Tu as la même vision qu'eux, mais tu y fais un choix différent, opposé. Et par là tu les légitimes tout autant.
Je préfère encore la vision keynésienne qui vise à relancer l'économie en soutenant la demande, même si moi aussi, en bon décroissant je m'y oppose.


Bonne analyse Smile
Ah mais je revendique que le capitalisme a prospéré en créant un besoin, y a pas d'autre raison pour que les gens aient abandonné toute spiritualité pour se consacrer au dieu consommation de gadgets futiles.
La boulot d'un marketeur, c'est CREER un besoin voyons, pas y répondre. DU moment que tu FABRIQUES ce besoin, bien entendu que c'est l'offre qui domine l'économie actuelle (l'économie qui rentre en jeu une fois les besoins naturels satisfaits) que j'appellerais l'économie du superflux et qui représente bien90% de l'économie des pays riches.

A mon sens le seul contrepied du capitalisme c'est justement lutter contre l'offre abusive. Il suffit qu'un con ai l'idée de fabriquer une machin qui sert à rien mais qui clignote, le vendre cher, pour que via la mimétisme Girardien, un crétin veule le même, ainsi de suite, entrainant un phénomène de mode ou les petits camarades à l'écoles se tatannent la tronche pour piquer celui du voisin.

Pour revenir aux séries, il est évident qu'en temps de fin de civilisation, les gens réclament du pain des jeux, de la sécurité personnelle et un exutoire violent. Tu pourrais tout à fait faire des série dans l'ère du temps avec une morale incitant les gens à l'empathie (anti-hollywoodienne).

Et attention, pas question de légiférer pour ça, pas question d'interdire, de quota, ce serait stalinien, coercitif et ça ne marche pas.

Un vrai libéralisme serait d'avoir des jeunes formés dès l'école à l'auto défense intellectuelle, à la prise de recule, a la compréhension de l'acte de consomation comme un acte politique et non un acte de loisir. C'est la révolution culturelle qui pourrait amener la liberté.
Là, mettre de la libéralisation dans un monde de manipulation totale, c'est suicidaire. D'ailleurs ou la libéralisation arrive, arrive baisse du niveau de vie des pauvres, émergeance d'une infime classe de possèdants, et coca-cola, de la violence gratuite, TV réalité et jeunes filles de 12 ans habillées commes des prostiputes. C'est le cortège du libéralisme dans le monde actuel (adam smith serait d'extrême gauche aujourd'hui Smile ).
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 30/03/2013, 08:27    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

postdave a écrit:

Un vrai libéralisme serait d'avoir des jeunes formés dès l'école à l'auto défense intellectuelle, à la prise de recul, à la compréhension de l'acte de consommation comme un acte politique et non un acte de loisir. C'est la révolution culturelle qui pourrait amener la liberté.
Là, mettre de la libéralisation dans un monde de manipulation totale, c'est suicidaire.

Et c'est là que nous nous rejoignons. Smile
Il est évident qu'appliquer le laissez-faire dans une économie où l'élite possède déjà un quasi-monopole est une absurdité. Cependant, si les individus ne se responsabilisent pas face à leur consommation, c'est justement à cause des institutions qui sont sensées les protéger, et qui créent une habitude de délégation et donc de déresponsabilisation de la part des individus. L'école républicaine est d'ailleurs le représentant parfait de ces institutions censées apporter le développement individuel à travers l'égalité des chances, mais qui en réalité ne font que nous préparer involontairement à l'obéissance et à la soumission, à la fois à la hiérarchie et à la collectivité ; ainsi qu'à la dépendance au cadre institutionnel et à l'identité nationale, simplement du fait de son fonctionnement interne, des programmes qui y sont enseignés, et des enseignants et autres recteurs d'académie qui sont les anciens lèches-cul des instituteurs de la génération précédente.

Il faut un garde-fou qui garantisse l'indépendance de l'individu, surtout face aux conditions actuelles du capitalisme et de la dépendance des individus, mais il faut un garde-fou qui ne soit pas collectif, afin qu'il puisse permettre réellement le développement de la responsabilité individuelle. C'est pour ça que je défends l'idée du Revenu De Base.
D'ailleurs, j'aimerais bien savoir si tu as (enfin) regardé la vidéo que j'avais posté à ce sujet, et savoir ce que tu en penses. Smile
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Crevette
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2010
Messages: 609
Localisation: Finistère Phare-Ouest

MessagePosté le: 02/04/2013, 20:12    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Exellent!

Ramite et Postdave, à vous deux, vous avez fait une excellente analyse!

En ce qui me concerne, je décroche assez rapidement des séries, ça me gave au bout de 2 saisons max. Enfin pour l'instant.
J'aime bien quand les histoires ont une fin.

Je suis tout à fait d'accord sur l'auto défense intellectuelle... Mais c'est mal barré.

La preuve:
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121126.FAP6593/aux-etats-unis-l-ecri…


Donc, si comme dans la série Revolution, il y a des "problèmes" électriques ou ce genre de choses, ils se retrouveront encore plus profond dans la merde... Mr. Green
_________________
La nature, c'est ce que nous sommes, et tout ce que nous avons.
Revenir en haut
postdave
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 851
Localisation: Sud Ouest

MessagePosté le: 03/04/2013, 16:44    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Ramite a écrit:

Il faut un garde-fou qui garantisse l'indépendance de l'individu, surtout face aux conditions actuelles du capitalisme et de la dépendance des individus, mais il faut un garde-fou qui ne soit pas collectif, afin qu'il puisse permettre réellement le développement de la responsabilité individuelle. C'est pour ça que je défends l'idée du Revenu De Base.
D'ailleurs, j'aimerais bien savoir si tu as (enfin) regardé la vidéo que j'avais posté à ce sujet, et savoir ce que tu en penses. Smile


J'ai trop de remarques négatives sur la forme pour arriver à expliciter au mieux mon avis sur le fond de ce documentaire. En effet, celui ci transpire d'idéologie que je trouve hors cadre : L'impression que la productivité va de soit et croissant, la hausse importante de la TVA qui encouragerait alors le travail non déclaré, l'assimilation insupportable de l'impot sur le revenu à un impot sur le revenu du travail alors que c'est en réalité un impot sur le revenu du travail ET le revenu du capital.

Je pense que notre système va s'écrouler à cause de la baisse de productivité qui ne pourra garantir un tel niveau de service social à tant de personnes pour si peu cher. Dans cette sobriété à marche forcée, je ne pense pas qu'il soit d'une urgence absolue à institutionnaliser un revenu de base, surtout en numéraire (quid de l'inflation ? le doc n'en parle pas mais si tu file 1000 euros à tout le monde, l'inflation va galoper, et la consommation aussi).

Je serais d'avantage pour un droit inconditionnel à un logement, une terre et une part de ressources naturellement présente localement. Il pourrait etre simplement financé, et ce quelque soit le climat économique (car en cas de revenu de base, en cas de baisse drastique du PIB et de la productivité, celui ci baisserait aussi pourquoi pas en dessous du minimu m vital), par la surtaxation confiscatoire de toute accumulation de capital foncier (limiter à une habitation + 1 secondaire, et taxer affreusement au dessus, puis taxer tout sauf le principal).
Revenir en haut
Ramite
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2010
Messages: 1 054
Localisation: Gers

MessagePosté le: 06/04/2013, 07:40    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes Répondre en citant

Intéressantes remarques, qui demandent réflexion.
_________________
Décroitre et s'affranchir, maintenant !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:25    Sujet du message: [Séries] Post catastrophes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Tensions et risques de rupture Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation