Index du Forum


Résilience : Capacité d'une famille, d'un groupe ou d'une structure à s'adapter et rebondir suite à un choc violent.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Concept] Théorie du drône

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Tensions et risques de rupture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 02/05/2013, 18:02    Sujet du message: [Concept] Théorie du drône Répondre en citant

La Théorie du drône
Ecrit par Grégoire Chamayou.

Citation:
D’étranges oiseaux de métal sillonnent le ciel. Ils sont armés de missiles et tuent. Ceux qui les commandent ne sont pas à leur bord. Confortablement assis dans des
salles climatisées à l’autre bout du monde, ils les pilotent par joysticks et écrans d’ordinateurs interposés. Ceci n’est plus de la science-fiction. Les drones, avionsfantômes
télécommandés, caméras létales volantes, sont devenus le fer de lance d’une nouvelle forme de pouvoir militaire hypertechnologisé. Aux États-Unis, où l’on
forme aujourd’hui davantage d’opérateurs de drones que de pilotes classiques, les plans officiels prévoient de convertir, demain, la majeure partie des forces aériennes
et, après-demain, des forces terrestres elles-mêmes, en engins robotisés.
Le drone est l’instrument d’une violence à distance, où l’on peut voir sans être vu, toucher sans être touché, ôter des vies sans jamais risquer la sienne. C’est l’arme
de combattants invisibles et invulnérables, seulement présents sur le champ de bataille par le spectacle de la dévastation qu’ils y impulsent, mais à jamais absents par
leurs corps. C’est le bras armé de guerres asymétriques devenues opérations unilatérales, où la mort devient le privilège exclusif de l’ennemi. Au plan politique, c’est
la solution trouvée aux contradictions de puissances impérialistes qui voyaient leur volonté d’intervention bornée par « l’aversion pour les pertes », réelle ou supposée,
de leurs « opinions publiques ».
Le développement rapide de cette arme est appelé à changer le visage de la violence armée, à modifier les formes connues de la violence étatique ainsi que les concepts, les catégories intellectuelles, les grilles d’évaluation éthiques et les formes de sensibilité dont nous disposons pour la cerner et pour nous y opposer. Il y a
urgence à essayer de penser ces bouleversements. Il nous faut la théorie de cette arme. Tel est le propos de ce livre. Cette forme de violence télécommandée, qui à la fois supprime le face-à-face et fait éclater la distance impose de repenser des concepts apparemment aussi évidents que ceux de combattant
(qu’est-ce qu’un combattant sans combat ?) ou de zone de conflit (où a lieu, une telle violence, écartelée entre des points si distants ?). Mais, plus radicalement, c’est la notion de « guerre » qui entre elle-même en crise : le drone est l’emblème de la « chasse à l’homme préventive », forme de violence qui débouche,
à mi-chemin entre guerre et police, sur des campagnes d’exécutions extrajudiciaires menées à l’échelle globale. Combinant les fonctions de surveillance et de frappe - l’oeil et les crocs - le drone est l’héritier mécanique, volant et robotisé du chien de chasse. « Predator », « Global Hawk », « Reaper » – les noms sont bien choisis : c’est à la fois une bête de proie qui fond sur sa cible et un ange de la mort qui fauche les vies sans pouvoir mourir à son tour. La guerre devient pure puissance de meurtre et le combat
disparaît pour faire place à l’abattage. Comme le proclame un T-shirt à la gloire des drones américains : « vous pouvez toujours
courir, mais vous mourrez fatigués ». Cette tentative d’éradication absolue de toute réciprocité dans l’exposition à la violence reconfigure non seulement la conduite
matérielle de la violence armée, techniquement, tactiquement, mais aussi les principes traditionnels d’un ethos militaire officiellement fondé sur la bravoure et l’esprit de sacrifice. Car le drone est aussi l’arme du lâche : celle de ceux qui ne s’exposent jamais. Cela n’empêche pourtant pas ses partisans de la proclamer
être l’arme la plus éthique que l’humanité ait jamais connue. Opérer cette conversion morale, cette transmutation des valeurs est la tâche à laquelle s’attellent aujourd’hui des philosophes américains et israéliens qui oeuvrent dans le petit champ de l’éthique militarisée. Leur travail discursif est essentiel pour
assurer l’acceptabilité sociale et politique de cette arme. Dans ces discours de légitimation, les « éléments de langage » de marchands d’armes et de porte-parole des forces armées se trouvent reconvertis, par un grossier processus d’alchimie discursive, en principes directeurs d’une philosophie éthique
d’un nouveau genre – une « nécroéthique », dont il est capital de faire la critique.

_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 02/05/2013, 18:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alter Egaux
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2010
Messages: 4 120
Localisation: Ile de France et Auvergne

MessagePosté le: 31/08/2013, 16:07    Sujet du message: [Concept] Théorie du drône Répondre en citant

Drone, comment tuer sans risques ?
Citation:
Le drone qui émerveille les médias est aussi le moyen de tuer sans risque d’être tué. C’est l’Objet Violent Non Identifié, la nouvelle forme de violence à sens unique qui remet en cause la notion même de guerre. C’est la chasse à l’homme préventive. Un mode d’assassinat à distance qui relève du télétravail. Finie la bravoure, adieu le héros. Comment faire accepter cette arme de lâche ? Marchands d’armes et philosophes spécialisés travaillent à légitimer cette "arme humanitaire".

Avec son livre " La théorie des drones" (la Fabrique) le jeune philosophe Grégoire CHAMAYOU réfléchit sur ce nouveau moyen des dominants, "Surveiller, anéantir"

Entretien Daniel Mermet

_________________
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:14    Sujet du message: [Concept] Théorie du drône

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La revue de presse -> Tensions et risques de rupture Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation